INFO PREMIER

77,53% de taux de participation et 91,65% pour le « Oui »… - Gifle cinglante de l’Androy à Monja Roindefo !

Monja Roindefo a consacré tout son temps à déverser des critiques au vitriol sur la tête du régime de Transition, notamment sur celle de Andry Rajoelina. Pis, il a même osé déclarer aux Tananariviens qu'il n'a peur de quiconque. D'ailleurs, son nom est cité dans la tentative de coup d'Etat perpétrée à la Bani. Pendant ce temps, le « kere » a terriblement frappé la partie Sud de l'Ile à cause principalement du manque cruel d'eau, effet chaotique des changements climatiques. Mais Monja Roindefo n'a même pas daigné y jeter un coup d'œil. En tout cas, tant dans toute la Région qu'à Ambovombe, l'Androy lui a rendu la monnaie de sa pièce par un vote cinglant au dernier Référendum.


Des polémiques enflammées s'explosaient quand Monja Roindefo a annoncé, fort tapage médiatique à l'appui, un contrat qu'il a signé avec des opérateurs thaïlandais et qui consistait à creuser des galeries souterraines sous l'Avenue de l'Indépendance de la Capitale.
Un contrat qui n'a pourtant pas reçu la moindre autorisation officielle des autorités compétentes mais que l'ex – Premier ministre a déclaré vouloir mener jusqu'au bout. Ceci, sans qu'il ne se soit point privé du moindre plaisir d'indiquer que ledit contrat va être mené à terme, n'en déplaise à ses détracteurs, Antananarivo étant la Capitale du pays et appartenant à tous.
Un défi criard qu'il a lancé aux Tananariviens qui, pourtant, étaient en train de savourer les délices de l'évolution palpable des travaux de réhabilitation de l'Hôtel de Ville et justement de l'Avenue de l'Indépendance dont il s'agit. En tout cas, la haine débitant à flots dans ses veines, Monja Roindefo a persisté et signé vouloir parvenir à ses fins, en dépit de l'inexistence de la moindre suite à son contrat.

Une haine, viscérale et aveugle, qu'il porte à l'endroit du régime de Transition, en général, et contre Andry Rajoelina, en particulier. Ce qui l'a amené à consacrer tout son temps à déverser en permanence, de « sa » résidence sise à Antsakaviro, des critiques au vitriol contre ceux – ci.
Des critiques au vitriol qu'il a sciemment marinées à la sauce du dégoût et servies - comme menu – au Président de la Hat et son équipe qu'il a d'ailleurs tout simplement traités de… « voyous ».
Et, au cas où certaines fibres sentimentales auraient été cassées à cause de ce qualificatif injurieux, Monja Roindefo a déjà donné le ton, en répliques : « je n'ai peur de qui que ce soit ! ». Par ailleurs, durant ses tournées en provinces et outre ces propos outrageux, offensants et insultants qu'il n'a cessés de débiter, l'homme, tout en « kawitrant » et « tsapikant » comme un forcené sur scène, n'a également pas hésité d'offrir et de promettre, en cadeaux, des équipements sportifs, par ici, et des jours paradisiaques pour tous, par là.

Scintillant Hummer…

Pendant tout ce temps, le « kere » a terriblement frappé la partie Sud de l'Ile à cause principalement du manque cruel d'eau, effet chaotique des changements climatiques. Les populations locales ne cessent de crier à la famine. Mais Monja Roindefo n'a même pas daigné y jeter un coup d'œil. Pourtant, cette partie Sud de l'Ile comptait beaucoup sur lui, surtout quand il était encore au trône du Palais de Mahazoarivo.
D'ailleurs, à ces moments - là, cetex – Chef du Gouvernement n'a également pas cessé de claironner monts et merveilles à offrir à ces malheureuses familles. Sans qu'aucune concrétisation n'y ait pourtant été apportée. Tout au contraire, toujours de la Ville des Mille, Monja Roindefo n'a cessé de faire miroiter… l'eau à la bouche de ces populations du Sud littéralement assoiffées, avec notamment son scintillant Hummer flambant neuf et son opulence  financière mise au firmament.

Et ce qui devait arriver arriva. En effet, comme un seul homme, les électeurs du Sud, plus particulièrement ceux de la Région Androy, se sont levés pour dire ce qu'ils ont dans le ventre et dans le cœur.
Ainsi, à l'issue du dernier Référendum, leurs votes ont été fatals contre Monja Roindefo, lequel, de la Capitale, n'a pourtant pas cessé de jeter un sort satanique et diabolique à ce scrutin référendaire : le « Oui » à 90,03%, avec un taux de participation de l'ordre de 68,78%. Les taux les plus élevés dans tout Madagascar.
Pis, dans son fief natal (Ambovombe Androy), le même Monja Roindefo a essuyé une gifle cinglante : 91,65% pour le « Oui », avec un taux de participation de 77,53%. Malheureusement, n'ayant plus la moindre arme de répliques sous la main, son parti politique (Monima) a récemment encore eu le culot de déclarer que  ces résultats électoraux dans l'Androy seraient truffés de fraudes et de manipulations.

Une véritable insulte aux populations locales qui, assoiffées d'eau et de changement, ont pourtant démocratiquement choisi et tracé leur route. Sans Monja Roindefo…

Rolly Mercia



01/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres