INFO PREMIER

Agrément d’exploitation audiovisuelle - Délivrance sauvage !

Depuis l’avènement de la Transition, 177 radios et télévisions sont soit en cours de régularisation de leurs dossiers respectifs soit carrément déjà en diffusion. Auparavant, le pays recensait 201 radios et 41 télévisions légalement agréées. En d’autres termes, le régime transitoire a perpétré une délivrance sauvage tant d’avis favorables pour la création de stations audiovisuelles que d’agréments définitifs même. Grave !


A la date du 29 juillet dernier, un document officiel a dévoilé que Madagascar compte… 419 stations de radio et de télévision privées. Un document officiel qui a même apporté des détails pertinents dans son rapport : « avant la Transition, on a recensé 201 radios et 41 télévisions agréées légalement. Depuis la Transition, on a recensé 177 radios et télévisions en cours de régularisation ». Ces 177 radios et télévisions sont réparties comme suit quant à leur situation légale : « 51 ont reçu un avis favorable de création ; 121 dossiers sont en cours d’études et 2 agréments définitifs octroyés ». En d’autres termes, des responsables étatiques ont délivré, comme des  petits pains, tant des avis favorables de création de stations audiovisuelles privées que des agréments définitifs.

Quinze stations par an
En effet, délivrer des avis favorables de création de stations audiovisuelles équivaut à établir que ces stations audiovisuelles vont incessamment émettre. Ceci, dans la mesure où leurs propriétaires n’iraient pas faire les démarches administratives nécessaires pour le simple plaisir de tout surcharger les tâches de l’Etat sans penser à mettre sur pied leurs stations respectives. Quoi qu’il en soit, la libéralisation du secteur de la communication audiovisuelle a été adoptée en 1992. Ainsi, 17 ans après, c’est – à – dire en 2009, le pays recensait 242 stations privées de radio et de télévision. Un simple calcul arithmétique dévoile ainsi que, durant cette période, le pays accouchait, en moyenne, de 15 stations audiovisuelles privées par an. C’est – à – dire, un peu plus d’une station par mois.

Dans le « Guiness » mondial
Mais la palme, dans cette délivrance sauvage d’avis favorables et d’agréments définitifs, revient sans conteste à l’actuel régime de Transition. En effet, en 16 mois seulement d’existence, ce régime transitoire a accouché de 51 avis favorables pour la création de stations privées de radio et de télévision et 11 agréments définitifs d’exploitation de ce genre d’outils de communication. En moyenne, l’actuel régime transitoire a pour ainsi dire délivré des autorisations officielles au rythme d’un peu moins de 4 par mois. Un incontestable record, en dépit de divers textes légaux régissant ce secteur. En tout cas, à cette allure, Madagascar devrait espérer figurer dans le « Guiness » mondial et pourrait même se targuer d’être le champion du monde en la matière.

Chiffres plutôt impressionnants
Epluché en détails, le document officiel dont il s’agit a révélé des chiffres plutôt impressionnants : l’actuel ministre de la Communication a délivré 32 avis favorables, une autorisation provisoire et 11 agréments définitifs – dont 9 en ex - provinces – pour des stations audiovisuelles privées. Plus grave encore, deux agréments définitifs pour l’exploitation de radio privée à Antananarivo ont été délivrés par celui - ci  à la date du 14 juillet dernier, alors que, jusqu’à preuve du contraire, un arrêté interministériel a fait valoir de plus officiellement que, dans la Capitale, l’octroi desdits agréments définitifs doit se faire par appel d’offres. Ceci, dans la mesure où un nombre pléthorique de radios privées inonde déjà la ville d’Antananarivo. En clair, le ministère de la Communication a superbement ignoré ce texte réglementaire pour donner satisfaction, dans des conditions qui méritent des enquêtes judiciaires approfondies, à leurs propriétaires.

Radio « Mahafaly » à Antsirabe
Pis, le même document officiel a également révélé que même Olga Vololonirina Ramalason, actuelle Mairesse d’Antsirabe qui s’est fait remarquer par sa déclaration publique rejetant le statut de Chef d’Etat de Andry Rajoelina, a déjà reçu un avis favorable pour la création d’une station privée de radio, dénommée « Mahafaly », à Antsirabe. Ayant déposé sa demande le 26 avril dernier, elle a reçu son avis favorable le 1er juin dernier. C’est – à – dire, une semaine seulement après l’accession de Félix Malazarivo au ministère de la Communication. Comme les actions de cette Mairesse indélicate ne sont plus à montrer ni à démontrer, il faut ainsi se rendre à l’évidence que ce membre du Gouvernement Vital serait en train de donner le feu vert au retour de la radio Mbs, mais autrement appelée.

Le… stylo facile
Quoi qu’il en soit, nul n’ignore que les stations de radio et de télévision privées constituent des outils par excellence de propagande politique. Plus grave, de mauvais esprits n’ont pas hésité à les utiliser pour attiser la haine viscérale entre les uns et les autres. Et d’autres ont tout simplement fait muer leurs radios privées en plates – formes d’incitation à la guerre civile. Autant d’actes illégaux qui constituent des crimes judiciaires. Mais, pour des raisons qui restent encore à élucider, des ministres ont eu le… stylo facile pour apposer leurs signatures au bas de documents officiels transcrivant ces crimes judiciaires. D’ailleurs, des confidences ont dévoilé que deux personnalités de l’actuel régime de Transition ont encore osé signer conjointement un agrément définitif d’exploitation de station de radio privée alors qu’ils n’étaient plus ministres. Grave !

R. A. Maxime



03/08/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres