INFO PREMIER

Andry Rajoelina catégorique - Les élections pour cette année !

Toutes les questions brûlantes à l’heure actuelle ont été abordées durant le débat entre le Président la la Hat et deux journalistes chevronnés de la presse publique et privée. Passant aisément des relations extérieures au volet social, en passant par l’économie et bien sûr la politique, Andry Nirina Rajoelina a essuyé les feux roulants des questions sans complaisance des deux confrères, Johary Ravoajanahary (Tvm) et Onitiana Realy (Tv plus). A l’issue de l’entretien, riche en révélations, l’impression générale est que le navire de la Transition a déjà bel et bien appareillé et ne fera plus machine arrière, avec à la clé, la reconnaissance internationale.


Passant en revue toutes les conditionnalités imposées par la Feuille de route, l’actuel homme fort de Madagascar a confirmé l'information selon laquelle la reconduction du Général Camille Vital au poste de Premier ministre ne déroge nullement des dispositions de la Feuille de route déjà paraphée et a déjà eu l’aval de la Sadc. « Il est originaire de Toliara et ne fait pas partie de la plate - forme qui me soutient qu’est l’Udr. Par ailleurs, il a déjà fait ses preuves face à des dossiers épineux, comme celui de la mutinerie de la Bani ». Quant à l’équipe gouvernementale qui a été constituée par la suite, Andry Rajoelina de souligner qu’ « en matière d’inclusivité, on ne peut plus faire mieux ». Et lui de prendre pour preuve la structure actuelle de l’exécutif qui inclut déjà toutes les Forces politiques du moment, à savoir l’Udr, le Tim, l’Escopol et  les « autres entités » qui ont pu y aligner chacun 5 ministres contre 3 pour le Tgv. En ce qui concerne l’élargissement des deux Chambres du Parlement et de la Ceni, le Président de la Hat d’affirmer qu’il n’est nullement contre et a assuré que cela se fera incessamment.
Démontrer d’abord notre propre capacité En ce qui concerne particulièrement la Ceni, Andry Rajoelina a fait remarquer que son indépendance est effective, du fait même que ses membres n’ont nullement été désignés par l’Exécutif, mais élus par les corporations concernées (Magistrature, Ordre des avocats, corps des Administrateurs civils,…). Le Président à par ailleurs démenti la rumeur selon laquelle le salaire mensuel accordé aux membres de cette Commission s’élèverait à 8 millions d’Ariary. « C’est de loin moindre », a – t - il rectifié, se gardant de révéler le montant exact par souci d’éthique.

Toujours concernant les
élections, le Président de la Hat a donné de plus amples détails sur l’état actuel de la préparation des listes électorales, premier gage d’une consultation « fiable et reconnue par tous ». Ainsi, la procédure en cours, à savoir la refonte desdites listes  -  et non une simple révision, a – t - il précisé  -  consiste à distribuer et à collecter, suivant un timing précis, les imprimés auprès des foyers. Contrairement aux précédentes élections, deux exemplaires doivent être remplis par ces derniers pour leur permettre de vérifier leur inscription avant la tenue du scrutin.
Quant à la tenue du scrutin, bien qu’une date précise n’ait pas encore été avancée, Andry Rajoelina a été ferme et catégorique : les élections auront bel et bien lieu cette année « pour en finir au plus vite avec la période transitoire, bien que certains semblent tout faire pour que ce ne soit pas le cas », a – t - il dit. En tout état de cause, le financement (sur fonds propre de l’Etat malgache) est déjà disponible. « C’est tant mieux si la Communauté internationale nous apporte son aide, sous
quelque forme que ce soit. Mais vu les promesses non tenues jusqu’ici,  il vaut mieux ne pas trop y compter et démontrer d’abord notre propre capacité », précise – t -il.
Hery Mampionona

Soulager les souffrances de la population

Le volet économique a également été abordé par le Président Andry Rajoelina, lors du débat télévisé d’hier. Le problème de Air Madagascar, les prix du carburant ainsi que la vente de « Vary Mora » ont été, entre autres, les principaux sujets qu’il a détaillés. A cette occasion, le Président Rajoelina a pu démontrer les efforts du pouvoir de la Transition de soulager les souffrances de la population.

Concernant le lancement du visa gratuit dont bénéficient les touristes étrangers, le Président Andry Rajoelina a déclaré, malgré l’appréhension de certains observateurs de la vie économique, que c’est une mesure qui a profité au secteur. « Prenons l’exemple de l’Ile Maurice qui a appliqué bien avant nous le système de visa gratuit et dont le tourisme est par la suite en plein essor. La majorité de touristes et investisseurs étrangers ont qualifié notre système de rideau de fer, vu la complication de procédures que nous avons choisie dans le secteur touristique », a – t - il déclaré, sans oublier par la suite de signaler avec une certaine fierté que « la statistique a fort heureusement montré que par rapport à l’année 2009, le nombre de touristes dans le pays a nettement connu une hausse pour le compte de l’année 2010 ».
Ces derniers temps, Madagascar n’est pas épargné par le mouvement du marché de carburant sur le plan international, un sujet qui a également été abordé durant le débat télévisé. « Contrairement à l’apparence selon laquelle l’Etat a fléchi face aux pressions des opérateurs pétroliers concernant la hausse de carburant, c’est plutôt ces derniers qui ont cédé par rapport à leur position initiale de 300 Ariary de hausse », a souligné le Président de la Hat. Et « au lieu de 5% suivant les normes internationales, ces opérateurs pétroliers perçoivent jusqu’à 15% de marge », sans oublier de signaler les affirmations de ces derniers, « l’évaporation à Madagascar avoisine les 3% alors qu’au Moyen - Orient avec la chaleur de 40°, elle est de 1% » pour expliquer la raison de leur revendication. « La privatisation des logistiques pétrolières s’avère être la plus grosse erreur », a – t – il continué.

Gouverner, c’est prévoir
Concernant le fait que le dossier Air Mad sera mis en examen à Bruxelles le 20 avril prochain, portant sur la question de la sécurité aérienne, d’aucuns ont émis leurs inquiétudes de voir la société de fierté nationale tomber sur la liste noire d’interdiction de vol dans la zone Europe. Ce qui n’est pas de l’avis du Président Rajoelina qui a révélé les manœuvres frauduleuses autour du contrat de louage d’une partie de la flotte, ou plutôt la flottille de Air Madagascar. Par ailleurs, il a lancé « le défi est le renouvellement de la flotte de Air Madagascar. Cette idée est loin d’être un engagement de l’Etat, mais celui propre à la société ».
Autour des contrats miniers, notamment de Qmm, Sherritt et Wisco, le Président Rajoelina n’a pas manqué de faire la comparaison. « En juillet 2008, Sefafi a émis des recommandations concernant la révision du contrat avec Qmm et Sherritt. Pourtant avec Wisco, j’ai tenu à préciser que l’appel d’offres concernant l’exploitation de
Soalala a été validé en 2008 », a – t - il dit.
Et le Président Rajoelina a souligné que « nous avons décidé de dépenser les 100 millions de Dollars provenant du contrat avec Wisco dans diverses constructions publiques. Si au moins ceux qui provenaient des contrats avec Qmm et Sherritt étaient destinés à la construction des biens
publics… ».
Autour du « Vary Mora », le Président Rajoelina a souligné que « gouverner, c’est prévoir. Les données qui nous sont parvenues lors du Conseil des ministres concernant notre réserve en riz ont été erronées, selon lesquelles il est inutile d’exporter davantage de denrées. Vary Mora est loin d’être une solution superficielle, au moment où le pays a exporté du riz, le marché local a par la suite affiché une baisse. J’admets pourtant que la gestion du Vary Mora reste jusqu’ici défaillante, sans aucune couverture nationale. A long terme, l’Etat se lance actuellement dans l’exploitation de 100 000 ha de terrain dont la production rizicole sera attendue dans 6 mois ».
Certes, les sacs de « Vary Mora » portent l’armoirie de l’Etat malgache, mais loin du Président Rajoelina l’idée de faire de la propagande, « c’est plutôt dans le principal objectif d’éviter les mauvaises pratiques. Changer l’emballage pour pouvoir vendre à 1 500 Ariary le kilo, au lieu de 900 Ariary », a – t - renchéri.
Recueillis par Corinne Razafiarisony

Au four et au moulin

Contre l’absence de reconnaissance internationale, par ricochet d’assistance financière provenant des bailleurs de fonds internationaux, l’actuel pouvoir de Transition a adopté la politique d’austérité qui a d’ailleurs reçu le satisfécit de la Banque mondiale.
Fier d’être l’artisan de la gestion rationnelle de la caisse de l’Etat, le Président de la Hat a déclaré que « comme toutes dépenses provenant de la caisse de l’Etat, les 20 milliards mis à la disposition de la Ceni, en vue de la refonte électorale, sera soumis à un contrôle strict et suit les règles en matière de dépenses publiques ».
Concernant justement la gestion de la finance publique, le Président Andry Rajoelina a fait savoir que  « la Banque mondiale n’a pas caché sa satisfaction quant à la gestion des finances publiques durant cette période de Transition ». Il a par la suite indiqué que « tous les ans, à chaque fin d’engagement, tous les ministères se sont précipités pour parvenir au zéro budgeting. Rien que pour la fin de l’année 2009, 12 000 engagements ont été enregistrés. Nous avons adopté un système de contrôle selon lequel tout engagement de plus de 200 millions d’Ariary devrait être signé par le Président de la Hat et le Premier ministre et à partir de cette décision, nous n’avons enregistré que 53 engagements, ce qui a permis la baisse jusqu’à 250 millions de Dollars du budget de l’Etat ». Il semble que le Président Rajoelina est au four et au moulin quant au contrôle des dépenses de l’Etat.
Il a par la suite signalé que l’exemple vient d’en haut et a indiqué que « depuis que nous sommes à la tête de ce pays, le budget de la Présidence est de 10 fois moins par rapport aux précédentes périodes. Une politique d’austérité qui a également été appliquée dans tous les ministères, les sorties à l’étranger des ministres ont été freinées, à chaque sortie, 1 seul ministre a trainé jusqu’à plus de 10 personnalités derrière lui ».
Mais la liste reste non exhaustive quant aux irrégularités trouvées au niveau du contrôle de l’Etat. « Quand j’étais en tournée à Toliara, j’ai vu un avion thaïlandais à l’aéroport de cette Ville, un jet privé qui rentrait directement à Thaïlande avec, à bord, son propriétaire ainsi qu’une quantité considérable de nos pierres précieuses et or », a – t – il déploré.
Par ailleurs, le Président de la Hat n’a pas manqué de signaler que « durant deux ans de Transition, les dirigeants de ce pays ont mis fin au gaspillage de la caisse de l’Etat ».
Recueillis par Corinne R.
Candidat si…

C’est tout naturellement que la question de la participation ou non de l’actuel Président de la Transition à la prochaine course à la Magistrature suprême du pays fut abordée et ses deux interlocuteurs n’ont pas manqué de rappeler que le 12 mars 2010, il a déjà annoncé officiellement qu’il ne se portera pas candidat. « Lorsqu’on est à la tête de l’Etat, il faut faire preuve de discernement dans les prises de décision. Dans ce cadre, il faut toujours se demander quel serait le mieux pour le pays », a – t - il répondu avant d’avouer «  à ce moment - là, il apparaissait que c’était la solution pour sortir le pays rapidement de la crise », pour dire que le contexte a changé. Mais cela ne veut pas pour autant dire que Andry Nirina Rajoelina se présentera aux prochaines Présidentielles. « Cela dépendra de trois choses : si telle est la volonté de Dieu, si c’est dans l’intérêt de la Nation et enfin si j’ai la certitude de gagner », a – t - il dit, tout en continuant que son principe est de « concourir pour gagner, et non pour perdre ».
Recueillis par Hery M.

Invité par le Président de la Sadc

Alors que Marc Ravalomanana, tel un colporteur (chassez le naturel…), se démène comme un beau diable dans ses travaux de lobbying auprès des pays de la Sadc en vue de faire capoter la reconnaissance internationale de la Grande Ile, Andry Nirina Rajoelina, de son côté, a été invité par le Président en exercice de la Sadc et non moins Président de la Namibie, Hifikepunge Pohamba, dans le cadre de la préparation de la réunion extraordinaire de cette Communauté de l’Afrique australe prévue se tenir le mois prochain.
Sitôt le débat télévisé d’hier achevé, le Président de la Hat s’est envolé pour la Namibie, accompagné à cette occasion par Raharinaivo Randrianantoandro. Ce dernier faisait partie, faut - il le rappeler ?, de la mouvance Ravalomanana lors des négociations avortées de Maputo et d’Addis - Abeba. Une délégation restreinte mais reflétant merveilleusement bien l’inclusivité et la consensualité de la Transition dans sa forme actuelle.
H. M.
Modestie et humilités…

Plus d’un téléspectateur ont remarqué que, lors de sa prestation télévisée d’hier, le Président Rajoelina a fait montre de deux grandes vertus : modestie et humilités ! En effet, sur certaines questions et autres remarques enflammées qui ont été posées par Onitiana Realy, le Chef de l’Etat, sur un ton serein et calme, a admis l’existence de défaillances dans la gestion de quelques compartiments de la vie nationale. Ainsi, il a accepté que des carences ont été relevées dans les méthodes de distribution du « Vary Mora ». « Le but a été d’inonder le territoire national de ce riz à prix bradé. Malheureusement, il faut admettre que des défaillances ont été relevées au niveau de ce réseau de distribution et le but n’a pas été atteint », a – t – il déclaré.

Idem sur l’anticipation de la période de soudure : « en octobre 2010, l’on m’a assuré et rassuré, en Conseil des ministres, que la production rizicole pourra faire face à la période de soudure et que le pays n’aura pas besoin d’importer du riz. Or, en janvier dernier, tout le monde a constaté que, consécutivement à l’insuffisance de la production de cette denrée principale, il a fallu, pour l’Etat, procéder à l’importation de riz ».  En ce qui concerne les attaques de la journaliste - vedette de Tv Plus sur de quelconques calculs politiques et autres entourloupes électorales que Andry Rajoelina aurait mijoté, ce dernier a été clair et sans équivoque : « je ne suis pas du gendre à m’accrocher au pouvoir et, rassurez – vous, je ferai tout, personnellement, pour que les futures élections soient transparentes, crédibles et démocratiques ». En tout cas, durant ce débat télévisé d’hier, le Président de la Haute autorité de la Transition, contrairement aux précédents Présidents de la République, a su admettre des défaillances et autres carences dans la gestion de son équipe gouvernementale. Modestie et humilités qui ont, pour ainsi dire, donné une immense classe à ce rendez – vous médiatique…

Recueillis par R. Christian Frédéric




19/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres