INFO PREMIER

Antsiranana L'armée capture 12 pirates somaliens

Un raid mené par l'armée malgache a abouti à la libération de 25 otages. Ils ont été tenus en captivité dans un cargo par des pirates somaliens.

Il était temps pour ces otages du Zoulfecar d’être libérés de leur calvaire

Tour de force de l'armée malgache dans l'Océan Indien. Samedi aux alentours de midi, 12 pirates somaliens ont été capturés au large du nord-est malgache, à environ 150 kilomètres d'Antsiranana. Les tyrans des mers pris dans le filet ont retenu en otages 25 personnes, toutes saines et sauves.

Avant de se faire coincer, ils ont écumé le Canal du Mozambique pendant plus de trois mois avec le Zoulfecar, un cargo battant pavillon comorien qu'ils ont arraisonné entre Dar-Es-Salam et Moroni le 3 novembre 2010.
Le raid de samedi a été coordonné par le capitaine de vaisseau Rolland Rasolofonirina, directeur du Centre des opérations maritimes, rattaché au ministère du Transport. Le feu vert a été donné après que le Zoulfecar ait été repéré vendredi vers 13h30 par un avion léger affrété par le ministère du Transport pour passer au peigne fin la zone où il a été aperçu ces derniers jours.

Six heures plus tard, aux environs de 20 heures, un bâtiment civil a levé l'ancre au port d'Antsiranana avec des commandos maritimes du deuxième RFI, des éléments de la Base aéronavale d'Antsiranana (BANA), des gendarmes et des infirmiers des forces armées à bord. Ayant pour mission de sauver des vies humaines, ils ont embarqué des armes, des munitions et des médicaments.

Reddition

Le navire a bénéficié d'un appui aérien. « Un avion a survolé le Zoulfecar pour débusquer un possible guet-apens avant que nous ne passions à l'action », met en exergue le capitaine de vaisseau Rolland Rasolofonirina. Pendant que le bateau des forces malgaches se dirigeait avec lenteur vers le Zoulfecar avec ses militaires sur le pied de guerre, les pirates ont levé un drapeau blanc pour se rendre les mains sur la tête.
« Nous étions arrivés de justesse. Les pirates et les otages avaient à peine 30 litres d'eau potable et trois sacs de riz. Ils n'avaient ni charbon ni bois de chauffe », continue le directeur du Centre des opérations maritimes. Les militaires ont fouillé le Zoulfecar sans trouver d'armes. Les pirates affirment les avoir toutes jetées à la mer avant leur reddition. Après ce coup d'éclat, les pirates ont été placés sous bonne garde à la BANA. Les otages, quant à eux, ont été mis en observation dans un centre de soin.

Les bandits avaient fait du Zoulfecar leur bateau mère. La semaine passée, ils sont tombés en panne sèche en haute mer. Depuis, le bateau est parti à la dérive. Lundi, deux de leurs comparses ont accosté au port d'Antsiranana à bord d'une vedette pour chercher de l'aide. Ils ont débarqué avec quatre otages dont un Malgache, deux Tanzaniens et un Comorien, commandant du Zoulfecar. L'État malgache a lancé des recherches lorsque ces derniers ont mis pied à terre.

Seth Andriamarohasina et Raheriniaina


28/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres