INFO PREMIER

Camille Vital rempile : et après ?

N'y a-t-il vraiment rien à dire lorsqu'un Premier ministre se succède à lui-même ? En tout cas, il y aura un avant et un après Camille Vital. Inutile de se voiler la face, Madagascar est à la croisée des chemins, à un tournant de son Histoire.Dommage que l'opinion publique, la classe politique se contente de regarder le train qui passe, de faire mine de se laisser aller… Fatalitas !

De cette Transition nouvelle formule, une Transition II, dépend l'avenir à court, moyen et long terme de l'île. Une question est sur toutes les lèvres : le mouvement populaire de 2009 va-t-il trouver sa conclusion, autrement dit, une fin heureuse à travers cette reconduction de Camille Vital, particulièrement avec les élections ?
Mais - il faut l'avouer - il y a loin de la coupe aux lèvres…

Pour le moment, en effet, les Malgaches ignorent les programmes de M. Vital, de ses choix envers les grands dossiers à venir. Puisse-t-il ne pas se contenter d'être reconduit, alors que la tâche qui l'attend est immense. Il semble minimiser l'importance de sa mission. Ne sait-il pas qu'elle porte sur la réussite des prochaines élections et, in fine, sur la sortie de crise ? Camille II fera-t-il l'affaire ? Beaucoup paraissent sceptiques. A moins qu'il présente son programme pour les six ou… douze mois prochains.

Parallèlement, Andry Rajoelina, toujours dépourvu de conseillers politiques, diplomatiques et économiques compétents, donne le sentiment de vouloir sauver les meubles, bien qu'il n'y ait pas le feu à la maison. Au milieu de cette cacophonie qui règne à Ambohitsorohitra, il démontre, ces derniers temps, sa détermination à initier des changements. Malheureusement, chasser le naturel, il revient au galop… Nonobstant sa bonne volonté, il n'a pas pu ou su mettre à bas une tradition clanique où se mêlent népotisme, corruptions et prébendes. Les nouveaux dirigeants sont comme les anciens, les héritiers d'un système. D'autant plus, qu'à l'issue du paraphe de la Feuille de Route, les « anciens » vont revenir en fanfare aux affaires…

Néanmoins, gardons de placer tout le monde dans le même panier. En fait, des hommes comme Pierrot Rajaonarivelo, Yves Aimé Rakotoarison et les autres, malgré leur passé, sont porteurs d'un message de paix, de renouveau et de modernité. Quant à Andry Rajoelina, après la mise en œuvre de la Feuille de Route, il bénéficie à la fois de l'impatience populaire pour une rupture avec le passé, un vrai changement et d'une première expérience du pouvoir. En bref, les Malgaches veulent que rien ne sera plus jamais comme avant. Un vœu pieux ?

Finalement, comme l'a si bien rappelé hier le porte-parole du ministre français des Affaires étrangères, qui regrette l'arrestation de Mamy Rakotoarivelo (un citoyen français ?) : « L'objectif majeur de ce gouvernement de transition sera l'organisation, dans les meilleurs délais possibles et avec l'appui de la communauté internationale, d'élections crédibles, seules suspectibles de dégager une nouvelle légitimité politique incontestables à Madagascar ». Toutefois, Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana n'entendent pas de cette oreille.

Franck RAHARISON



18/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres