INFO PREMIER

Crise foncière à Soavina Atsimondrano: Monloup tenu comme responsable

Après l'affrontement entre la population de Soavina Atsimondrano et les éléments de l'Emmo/Reg avant hier, les autorités ont jugé utile de descendre sur terrain pour voir ce qu'il en est hier.

Représenté par Michèle Ratsivalaka, conseillère spéciale à la présidence,  Pierre Houlder, membre de la HAT et Nadine Ramaroson, ministre de la Population et des Affaires sociales, la HAT promet de prendre les dispositions nécessaires pour trouver une solution durable, sur du long terme quant au litige foncier qui oppose la population de Soavina et Monloup. Les éléments de l'Emmo/Reg qui selon leurs dires se trouvaient sur place suite à une décision législative du mois de février consistant à la fermeture de la voie pour des raisons de sécurité. Bilan de l'affrontement qui a duré jusqu'à 21 heures, les deux piquets déposés par Monloup ont été enlevés et un homme appréhendé.

Pour un petit rappel historique, l'opérateur économique français répondant au nom de Marcel Monloup, représenté par le directeur général Razafiarisoa à l'époque, arnaquait la population en faisant en sorte d'acheter les terrains du lotissement de Soavina  à un prix très bradés vers les années 90. Un achat accompagné de grandes promesses de changements positifs et de rénovations que ces lotissements peuvent engendrer dans la vie quotidienne de la population locale. " Je me souviens en 1993, on a été contraint de vendre notre terrain car le nôtre se trouvait entre deux terrains déjà vendus à Monloup.
Un terrain dont je ne me rappelle pas de la superficie mais il équivaut à six rizières et une parcelle de forêt de pins " A 240 Ariary par m2, Monloup s'est emparé de notre richesse " explique Hanta, un habitant de Soavina. "  En contrepartie, il nous a promis une voie, de l'eau et de l'électricité plus accessibles pour la commune.
Des dossiers signés en témoignent" a-t-elle martelé. Propriétaire de plusieurs terrains entre la société Hazovato  jusqu'au lotissement, Monloup ne compte pas tenir sa promesse et d'infliger à la population une marche à pied de plus 10 kilomètres par jour pour atteindre l'arrêt du bus au Forello.

En 2003, la population croyait être à l'abri de toute fermeture de voie suite à des contestations massives et des efforts menés par la commune.
Mais en 2009, les rumeurs, qui semblent bien fondées, circulaient quant à l'éventuelle clôture de  la voie et à la bataille juridique que les deux parties ont mené  Face à la situation, une piste de 400 m contournant le lotissement a été réhabilitée par la commune pour éviter d'emprunter la voie traversant les résidences.
En effet, la route de 800m et la piste de 400 mètres allant de Forello jusqu'à devant l'entrée du lotissement desservent les cinq communes environnantes, à savoir, Soavina, Ankadivoribe, Ampanefy, Antanetikely et Ampahitrosy où l'on recense 50 000 habitants rien que pour Soavina et dont les utilisateurs atteignent  jusqu'à 60 000 usagers par jour.
Les bus de Malaho empruntaient la piste réhabilitée depuis l'année 2009 et seuls les bus de Soavina traversent l'enceinte du lotissement.

Les piquets apparemment n'ont pas suffi à bloquer les routes et Monloup et ses partenaires n'ont pas hésité creuser un énorme trou empêchant toute circulation de véhicules et de tout autre moyen de transport sur la nouvelle piste. La clôture de cette route coûtera cher à la vie sociale et économique de la population.
Oly, habitant à Soavina rapporte que " face à situation, mon mari qui travaille en temps que transporteur n'a pu rien faire  depuis hier matin.

Et mon fils qui prépare son examen d'entrée à la faculté de médecine est troublé. Comment arriver à Ankatso à 6 heures de matin avec les 5 kilomètres de marche à pied qu'il doit effectuer si la situation n'est pas résolu d'ici Lundi".  " On a proposé à Monloup d'acheter ce terrain à 12 millions d'Ariary mais il a désisté au dernier moment. Suite de quoi, il a su retourner la situation contre la population. Les cinq communes risquent d'être complètement isolées" explique le Maire de la Commune rurale de Soavina Atsimondrano, Rakotoarisoa Rigoubert.

Une situation qui amène à se demander  comment cet homme d'affaire, ressortissant d'un autre pays arrive à se faire supplier pour l'achat d'un terrain qui appartient aux Malgaches.  Avec une loi qui interdit toute vente de terrain à une personne étrangère,

on se pose la question :
comment il a fait pour s'acquérir autant de terrains sur le territoire malgache ? Mais son histoire ne se limite pas à la clôture de cette voie de servitude publique mais jusqu'aux menaces de supprimer radicalement les sociétés aux alentours de Hazovato, notamment, l'imprimerie de la Gazette de la grande Ile. A ce rythme, notre homme d'affaire ne manque pas d'attirer de plus en plus d'ennemis.
Est ce que la notion de vindicte populaire n'effleure pas son esprit ?

Et les éléments de l'Emmo/Reg sur les lieux, censés protéger l'intérêt public semblent passer outre ce principe. Un compte-rendu de la visite des deux émissaires du président de la HAT sera présenté à Andry Rajoelina.

La population, angoissée et désorientée n'attend que des mesures pérennes pour résoudre le problème dans les meilleurs délais, tel que les représentants de la HAT l'ont promis lors de leur intervention. Une solution est très attendue ce jour.




26/08/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres