INFO PREMIER

Dissension au sein du TIM L'aile Raharinaivo contre-attaque

Les partisans de Raharinaivo refusent d'être écartés du parti. Mais les pro-Ravalomanana intensifient leurs démarches contre eux.

Les membres du TIM présents, hier.

La lutte intestine au sein du Tiako i Madagasikara (Tim) fait rage. L'aile Raharinaivo Andrianantoandro, président du Congrès, réfute la décision du clan pro-Ravalomanana de suspendre ses dirigeants. À travers sa réaction, elle fustige aussi les partisans restés loyaux à l'ancien chef de l'État.

« Raharinaivo Andrianantoandro a fondé le parti en 2002 et le conseil national du 2 septembre 2010 a décidé de lui remettre la présidence de la formation politique », soutient VyVato Rakotovao, secrétaire général du Tim de l'aile Raharinaivo Andrianantoandro.
Il était entouré d'une trentaine de membres du Congrès et du Conseil supérieur de la transition, quand il a fait hier à Anosy cette déclaration. Et de préciser: « Le nom de l'ancien président Marc Ravalomanana ne figure pas dans la liste des fondateurs du parti ».

Vyvato Rakotovao répond à l'initiative d'Yvan Randriasandratriniony, président du Tim pro-Ravalomanana, de s'attaquer à ses compagnons de lutte.
Le 13 novembre, l'ancien président du Sénat avait suspendu Raharinaivo Andrianantoandro et quelques membres du bureau politique qui ont décidé de prendre en main les destinées du parti sans le consentement de Marc Ravalomanana. Il nomme Mamy Rakotoarivelo en tant que nouveau SG, épaulé par d'autres membres du Tim.

Partisans sacrifiés

VyVato Rakotovao insiste sur la légalité du Tim de Raharinaivo Andrianantoandro en brandissant le statut de l'ancien parti au pouvoir. Il dénonce la consultation par voie électronique qui a conduit à la mise à l'écart des partisans du président du Congrès.

VyVato Rakotovao s'attaque même aux loyalistes de l'ancien chef de l'État. « Nous avons pour objectif le développement du pays dans un esprit patriotique. Nous souhaitons instaurer un nouvel art de faire la politique fondé sur le débat et non sur d'autres moyens qui conduisent à sacrifier nos partisans », fustige-t-il. Il fait allusion d'une part, à la présence de ses éléments au Parlement, et d'autre part, aux manifestations interdites qui aboutissent à l'incarcération de certains dirigeants de la mouvance Ravalomanana.

La réponse des partisans de l'ancien Président ne se fait pas attendre. « Si Raharinaivo Andrianantoandro est légal, légitime et représentatif du Tim, pourquoi le processus auquel il adhère n'obtient-il pas encore la reconnaissance internationale? », demande Mamy Rakotoarivelo. « Pour nous, la fondation du Tim concrétise l'esprit que souhaite lui insuffler le président Ravalomanana », poursuit-il.

La lutte intestine au sein du Tim risque de s'intensifier dans les prochaines semaines.
Après les joutes verbales, Mamy Rakotoarivelo s'apprête à passer à la vitesse supérieure dans sa contestation. Il projette de notifier la suspension des partisans de Raharinaivo Andrianantoandro. « Nous allons également informer notre base de notre décision. Elle n'est pas d'accord avec l'initiative de ces individus », soutient-il.

Les deux parties se livrent ainsi à une bataille qui pourrait profiter à leurs adversaires à cause de la division que cela engendre. Néanmoins, elles promettent de tirer des leçons du passé de certains partis en proie à la lutte interne.

Iloniaina Alain


04/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres