INFO PREMIER

DSK assigne France Soir en justice pour… une histoire de tailleur

Le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a annoncé vendredi dans un communiqué avoir chargé ses avocats « d'assigner devant le tribunal de grande instance de Paris, France Soir » et une de ses journalistes, « à la suite de la publication de fausses informations relatives à son train de vie ».

Le Costumes à 35 000  dollars.
DSK demande réparation

« Tenu par son obligation de réserve à l'égard du Fonds monétaire international, M. Dominique Strauss-Kahn est dans l'incapacité de répondre lui-même aux attaques dont il est actuellement l'objet », expliquent les avocats du patron du FMI dans un communiqué.
« Dominique Strauss-Kahn a cependant chargé ses avocats d'engager sans délais les procédures de nature à réparer le préjudice qu'il subit du fait de campagnes médiatiques destinées à lui nuire », poursuivent-ils.

La journaliste Pascale Tournier mise en cause

Depuis une semaine, le candidat PS des Français dans les sondages pour la primaire socialiste est la cible de critiques d'une partie de la presse sur son train de vie et son patrimoine familial.
« Mes Jean Veil et Dominique de Leusse vont assigner, devant le tribunal de grande instance de Paris, France Soir ainsi que Mme Pascale Tournier, journaliste, à la suite de la publication de fausses informations relatives à son train de vie », est-il écrit dans le communiqué.

Après la Porsche, le costume de chez « Georges de Paris »

Le directeur général du FMI a également « demandé à un avocat américain d'examiner les suites à donner aux propos prêtés par Mme Tournier à un tailleur de Washington appelé 'Georges de Paris', tailleur dont M. Dominique Strauss-Kahn n'a jamais été le client », affirment ses conseils.
France Soir a affirmé que le patron du FMI était client de ce tailleur qui, selon le quotidien, confectionne des costumes pouvant atteindre les 35 000 dollars.
En outre, DSK a prévenu qu'il avait chargé « ses avocats de veiller à poursuivre tout propos, concernant lui-même ou ses proches, tombant sous le coup des textes réprimant la diffamation, l'injure ou le racisme ».
AFP


13/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres