INFO PREMIER

DSK : Des chiens lâchés sur les traces de la femme de chambre

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont engagé une agence de détectives privés, la Guidepost Solutions, installée à New-York, gérée par un ancien procureur et spécialisé dans les enquêtes tordues.


Tous les moyens sont bons

Leur but est de destabiliser la femme de ménage, victime présumée de l'agression sexuelle de Dominique Strauss-Kahn, en pratiquant ce que les Américains nomment  "l'assassinat de personnalité" (character assassination en anglais). "Nous commençons par fouiller tout son réseau sur internet. Facebook, Twitter. Une photo en train de boire une bière, un bras passé sur l'épaule de quelqu'un qui n'est pas son petit copain, tout peut servir à faire passer quelqu'un pour alcoolique ou mensonger", détaille Steven Santarpia, chief investigator à la CORP investigations, qui participe régulièrement à ce genre d'enquête, cité par  le New York Post.
Ces détectives sont chargés aussi de réunir toutes les informations dans laquelle il pourrait trouver une faille. Si elle a oublié de payer une fois un horodateur, ou si elle a eu du retard dans le paiement de son téléphone, ils le sauront, et ils l'utiliseront.
"Les avocats de DSK sont quand même dans une affaire où un homme très puissant affronte une femme très pauvre", poursuit le détective cité par le New York Post. Les détectives privés se seraient déjà rendus en Guinée pour fouiller le passé de Nafissatou Diallo et y déterrer, si possible, quelques affaires.Les avocats peuvent aussi demander au juge de leur accorder un "subpoena", un droit de perquisition dans le disque dur ou le téléphone portable de la personne.

Démolir la personnalité de la victime présumée

Comme le but est de démolir le témoignage et la personnalité de la plaignante ainsi que de nier la  validité des "preuves matérielles" de l'accusation.  "Face aux jurés, dit-il, quand on ne peut pas "contrer" les faits - et en cas de viol, c'est souvent parole contre parole -, on s'attache à discréditer le témoin de la partie adverse" souligne Steven Santarpia.
"Trouver un faux, même anodin, même commis à 18 ans, serait très intéressant.

 Cela permettrait de dire aux jurés : si elle a menti une fois, pourquoi ne mentirait-elle pas de nouveau ?" Or, dans un procès, la défense n'a qu'à instiller un doute, les jurés devant prononcer la culpabilité à l'unanimité.
Le Monde.fr souligne que les méthodes des détectives peuvent aller très loin :  si la direction du Sofitel a donné l'ordre au personnel de ne parler à quiconque, ils peuvent glisser un billet, puis un autre, pour obtenir des informations. Pourraient-ils soudoyer un témoignage ? "Ce serait très dangereux" ajoute un spécialiste de la justice américaine " Si le "proc" vous pince, vous perdez votre réputation et votre client est foutu."

Le mystère Nafissatou Diallo

Nafissatou a grandi dans un village en Guinée
TCHIAKOULLE (Guinée) — Quelques maisons et des cases perdues au milieu de falaises abruptes, sans eau, ni téléphone, ni électricité : voici Tchiakoullé, hameau isolé du nord de la Guinée où est née la femme de 32 ans qui accuse Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle à New York.

Situé dans le Fouta Djallon, berceau montagneux de la communauté Peule de Guinée, ce hameau est constitué de sept maisons "en dur", dont l'une construite par une des soeurs de la victime présumée, et d'une dizaine de cases en torchis, au bord d'une rivière. Pas de route pour y accéder, on y vient à pied.Femme de ménage au Sofitel de New York, celle qui accuse DSK, ex-directeur général du FMI, "y est née, son papa y est né", déclare Boubacar, son demi-frère de même père qu'elle, à un journaliste guinéen de l'AFP qui s'est rendu à Tchiakoullé où il l'a rencontré, ainsi qu'un oncle de la jeune femme.

A Thiakoullé, un oncle et un demi-frère de la jeune femme se souviennent d'une fille « pas turbulente » qui a fréquenté un temps l'école coranique du village. Elle a ensuite quitté ce village retiré pour la ville de Labé à une petite centaine de kilomètres. Nafissatou aurait aussi vécu avec sa mère Adja Aïssatou Diallo à Ziguinchor au Sénégal. Mariée à 17 ans en Guinée, elle a ensuite donné naissance à sa fille avant de perdre rapidement son mari. C'est après ce drame qu'elle aurait décidé de rejoindre sa grande sœur Hassanatou, déjà installée à New York, en compagnie de sa fille.
Ce départ pour les Etats-Unis remonterait à une dizaine d'années selon des proches et, depuis, Nafissatou n'aurait eu que de très rares contacts avec sa famille restée en Afrique.

« Très pieuse »

Dans tous les témoignages, Nafi se distingue par son côté religieux. Elle est musulmane, comme tout le monde dans son village natal de Thia Koullé. Comme tous les gamins de ce hameau perdu de Guinée, sans eau ni électricité, sans téléphone ni route goudronnée, elle n'a pas été scolarisée. Cependant, elle aurait fréquenté une école coranique.

La mère de Nafi, retrouvée au Sénégal par le journal Walf Fadjri, dira seulement : « Je n'ai pas mis au monde une mauvaise femme. » Son demi-frère Boubakar, qui habite toujours leur village natal a été plus prolixe face aux caméras de l'AFP.
 « Elle n'a rien fait de mal. Elle n'a jamais créé aucun problème, n'a eu aucune histoire avec personne. Voilà la vérité. »
« Elle est très pieuse », disait mercredi à France-Soir Blake Diallo, le gérant du 2115, un restaurant guinéen de Harlem où Nafi a ses habitudes. Les détails sordides de l'enquête de la police et des journaux anglo-saxons consternent la communauté guinéenne de New York. Dans ce milieu pieux, soudé et conservateur, la décision de porter plainte aura des conséquences certaines pour Nafissatou. Certains parlent de leur inquiétude pour qu'elle retrouve un homme, parce qu'elle a été « souillée ».

D.B



25/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres