INFO PREMIER

DSK : Rocard balance sur sa "maladie mentale"

L'ancien Premier ministre a déclaré lundi que, selon lui, Dominique Strauss-Kahn souffre d'une "maladie mentale" qui l'empêche de "maîtriser ses pulsions". Des propos qui n'ont pas manqué de susciter quelques réactions chez les politiques.


Michel Rocard n'a pas mâché ses mots. Interrogé par un journaliste du Grand Journal de Canal + lundi soir, l'ex-Premier ministre a exposé son point de vue quant à l'affaire DSK. Selon lui, l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) souffre « visiblement d'une maladie mentale ».
Ce serait même à cause de cette pathologie que Dominique Strauss-Kahn éprouverait « des difficultés à maîtriser ses pulsions ». « C'est dommage, il avait un vrai talent, c'est vrai », a par ailleurs regretté l'ancien ministre. Suite à ces déclarations, des députés PS ont tenu à réagir.



Invité sur I-télé, Laurent Fabius s'est ainsi interrogé : « Je ne savais pas que Michel Rocard était un expert médical international reconnu ». Moins ironique et plus direct, Jack Lang a, lui, déclaré sur LCI : « je crois que Michel Rocard a quelques difficultés aussi à maîtriser les siennes, de pulsions. Quand on est comme ça en public, sur des questions privées, on s'impose un minimum de retenue ».

Le mea culpa de DSK

De son côté, le principal intéressé a tenu à s'exprimer face aux employés du FMI à Washington. « Je suis venu ici pour m'excuser auprès de ceux qui ont été blessés par toute cette histoire (…) c'était une erreur de ma part (…) et je suis désolé des répercussions négatives que cela a eu pour cette institution », a en effet déclaré DSK devant près de 700 salariés du FMI lundi après-midi. Apparemment « ému » - d'après les témoignages de certains employés - Dominique Strauss-Kahn a souligné sa volonté de « clore » son passage à la tête de cette institution internationale. Après avoir dit « au revoir » à ses équipes, l'époux d'Anne Sinclair a pris le chemin de la sortie sous les applaudissements des personnes présentes.

Un moment intense survenu quelques semaines après que DSK a donné sa lettre de démission depuis la prison de Rikers Island. Il avait été incarcéré dans ce centre pénitentiaire suite au dépôt de plainte de Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui l'accusait de l'avoir violée dans une suite du Sofitel de New York en mai.
Trois mois après le début de ce scandale, la justice américaine a décidé de classer cette plainte. Désormais libre, Dominique Strauss-Kahn nettoie et répare les dégâts causés par cette affaire.

D.B  Actu France Soir



01/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres