INFO PREMIER

Exportation: Vingt tonnes de litchis interceptées

Vingt tonnes de primeurs de litchis devaient obtenir une dérogation pour embarquement par bateau. Or les produits n'étaient pas mûrs.

Narson Rafidimanana, le président du GEL met en garde sur les incartades qui freinent l'essor de la filière.

Les groupements des exportateurs de litchis (GEL) tirent la sonnette d'alarme. Suite à une information selon laquelle un exportateur de litchis aurait obtenu une dérogation de la part du ministère du Commerce, une descente a été effectuée à environ une vingtaine de kilomètres de Toamasina le 15 novembre. Une quinzaine de paniers (pesant 30 kilos chacun) de primeurs de litchis prêts à être envoyés en usine ont été ainsi découverts sur les lieux. Ils devaient par la suite être exportés par bateau.

« Le GEL a appris qu'un exportateur procède à la récolte des primeurs sans autorisation. L'opérateur prétend avoir obtenu une dérogation pour exporter environ 20 tonnes de litchis dont il voulait faire des primeurs. Une fois sur les lieux, nous avons trouvé des produits qui étaient encore verts », a révélé notre source.

Médiocrité des produits

Interrogé sur la question, un haut responsable du ministère du Commerce n'a pas nié les faits. « J'avais en ma possession la dérogation mais une fois sur les lieux, j'ai goûté moi-même aux produits. J'ai dit à l'opérateur qu'ils ne sont pas encore prêts à être mis sur le marché ». Selon ses propos, si les produits pouvaient être exportés, il aurait donné la dérogation. « Si l'opérateur a déjà un acheteur, pourquoi ne pas la lui donner », évoque-t-il.

Le GEL dénonce cet acte qui est à l'encontre de l'arrêté interministériel n° 35723/2010 dont l'article 2 mentionne que «L'exportation des primeurs se fait exclusivement par avion».

L'arrêté a été signé le 4 octobre par les ministres du Commerce, de l'Agriculture, des Finances et du Budget, ainsi que par celui de la Décentralisation et de l'Aménagement du Territoire. L'objectif étant de garder le caractère frais des primeurs. De plus, l'article 2 de l'Arrêté Interministeriel n° 35724/2010 mentionne que « la campagne 2010-2011 sera organisée au niveau national par les Groupements des exportateurs de litchis, sous la supervision du ministère chargé du Commerce».

Les exportateurs de litchis craignent actuellement la fragilisation de la filière, si un tel acte se répète. En plus, ils ont convenu avec les importateurs que, pour cette campagne, Madagascar ne mise pas sur la quantité mais sur la qualité, d'où la réduction du volume d'importation pour cette année.

« L'année dernière, nous avons eu un problème en Allemagne. Les litchis malgaches ont été renvoyés au pays à cause de la médiocrité des produits. Si on continue à ne pas tenir compte de l'avis du Centre technique horticole de Tamatave (CTHT) qui bénéficie de la confiance de l'Union européenne, nous risquons de ne plus pouvoir exporter de litchis », révèle le président du GEL, Narson Rafidimanana. Une réunion du conseil d'administration devrait ainsi se tenir très prochainement pour prendre des mesures spéciales à l'encontre de l'opérateur.

Judicaëlle Saraléa



15/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres