INFO PREMIER

FEUILLE DE ROUTE: La Sadc n’a pas approuvé !

Les chefs d'Etat de la Sadc n'ont pas approuvé la feuille de route, présentée par Joaquim Chissano et Leonardo Simao à Sandton (Afrique du Sud). Telle est la principale information fournie par le communiqué final de ce sommet qui s'est déroulé samedi et dimanche.


Dans une formulation assez compliquée, les chefs d'Etat de la Sadc déclarent que la feuille de route est entérinée après l'incorporation des amendements nécessaires dans le texte. Usant de la même forme d'expression sibylline, le sommet exhorte les trois mouvances d'opposition à signer la feuille de route « dès que les modifications nécessaires auront été effectuées ».
Par contre, la formulation est claire quand le communiqué demande à la Haute Autorité de la Transition (HAT) d'autoriser le retour au pays des exilés politiques, y compris Marc Ravalomanana.
Ou quand il réclame des « instruments légaux » pour assurer la liberté politique de tous les Malgaches en vue des élections libres et crédibles. Que personne ne se trompe, donc, car la feuille de route n'a pas été ratifiée par la Sadc. D'ailleurs, contrairement à la partie du communiqué qui concerne le Zimbabwe (où une feuille de route dénommée Global Political Agreement a été approuvée et appliquée), les articles concernant Madagascar n'évoquent pas d'intervention auprès des grandes puissances pour la levée des sanctions.

La suite probable des opérations : les médiateurs Joaquim Chissano et Leonardo Simao remettront le cap sur l'île, porteurs des amendements que la Sadc souhaite voir portés dans la feuille de route. Ces modifications, on les connaît en gros, car il s'agit des doléances formulées par les trois mouvances devant la Sadc à Gaborone : partage plus équitable du pouvoir (gouvernement, CST, CT, CENI…), attribution du poste de Premier ministre de consensus à l'opposition, amnistie et calendrier des élections élaboré de concert.
De cette manière également, la Sadc offre des gages aux trois mouvances afin que celles-ci adhèrent à la feuille de route, transformant ainsi la transition en une période véritablement inclusive et consensuelle.

Bref, les amendements de la Sadc, véhiculés par Leonardo Simao devraient encore faire l'objet de débats et de marchandages à Madagascar. Quand le consensus aura été trouvé, ils seront intégrés dans la feuille de route. Celle-ci sera de nouveau soumise à l'approbation de la Sadc lors du prochain sommet de cette entité d'Afrique Australe, en août 2011 à Luanda, capitale de l'Angola. Pourtant, si le document avait été approuvé à Sandton, il aurait été proposé à l'examen du sommet de l'Union Africaine, à la fin de ce mois à Malabo (Guinée Equatoriale). Madagascar aurait pu y obtenir un début de reconnaissance internationale avec la levée des sanctions et la réintégration dans les instances de la Sadc et de l'Union africaine. Hélas, trois fois hélas…

En tout cas, c'est la condamnation de la politique « d'ouverture » du régime de transition qui consiste à attirer des leaders de l'opposition au moyen de postes dorés. La Sadc n'admet donc pas ce genre de micmac et prône la collaboration non avec des dissidents, mais avec d'authentiques leaders des trois mouvances.
C'est l'échec aussi des opérations de lobbying engagées par la HAT, car le moment venu et malgré leurs assurances, les chefs d'Etat approchés n'ont pas agi dans le sens des désirs du régime de transition.
Certaines thèses répétées par la HAT ont d'ailleurs été battues en brèche à Sandton, comme celle-ci : « aucun acteur politique malgache ne peut s'opposer à l'exécution de la feuille de route », ou encore cette autre : « la feuille de route ayant été conçue par des médiateurs de la Sadc, celle-ci ne peut se déjuger en rejetant le document ».

Qu'on le sache, car le desiderata principal de la Sadc est simple : les mouvances politiques malgaches doivent se réconcilier et se donner la main afin de sortir le pays de la crise. Ce devrait être facile depuis que l'actuel régime a placé le mot « Amour » en tête de la devise de la République. Comment faire en sorte qu' « Amour » ne rime plus avec « dialogue de sourds »…

Adelson RAZAFY


14/06/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres