INFO PREMIER

Fillon attaqué à son tour sur son séjour en Égypte

En pleine polémique sur le séjour tunisien de Michèle Alliot-Marie, le Premier ministre s'est expliqué, hier, sur son voyage privé financé en partie par le gouvernement d'Hosni Moubarak.
« Après MAM en Tunisie : le réveillon de Fillon en Haute-Égypte dans l'avion de Moubarak »

Titre du Le Canard Enchaîné. En pleine polémique sur le séjour tunisien de la ministre des Affaires étrangères, l'hebdomadaire révèle que le Premier ministre et sa famille ont voyagé, lors des vacances de fin d'année, entre Assouan et Abou-Simbel, dans un avion prêté par le raïs.

Devançant la sortie du Canard, un communiqué de Matignon a précisé, hier, « dans un souci de transparence », les conditions dans lesquelles François Fillon a voyagé. Le Premier ministre était « invité par les autorités égyptiennes ». Il a séjourné dans ce pays « du 26 décembre au 2 janvier », trois semaines avant le début des manifestations contre le régime de Hosni Moubarak.

Transparence

« Le Premier ministre a été hébergé lors de ce séjour par les autorités égyptiennes, précise le communiqué de Matignon. Le Premier ministre, toujours à l'invitation des autorités égyptiennes, a emprunté un avion de la flotte gouvernementale égyptienne pour se rendre d'Assouan à Abou Simbel, où il a visité le temple. Il a également effectué une sortie en bateau sur le Nil dans les mêmes conditions. »

Lors de ce voyage, François Fillon a rencontré Hosni Moubarak, le jeudi 30 décembre, à Assouan. L'entretien a duré une heure et demie, selon Le Canard. Le samedi 1er janvier, il s'est rendu à la cathédrale d'Assouan pour « témoigner sa solidarité » à l'égard de la communauté copte qui venait d'être victime d'un attentat à Alexandrie.

Pour se rendre en Égypte, François Fillon, sa femme et ses enfants ont embarqué dans un Falcon de l'armée française. « Le Premier ministre effectue tous ses déplacements en avion à bord d'appareils de la flotte gouvernementale, pour des raisons de sécurité et de disponibilité », indique Matignon. Les billets de ce déplacement privé ont été facturés au Premier ministre, « sur ses deniers personnels, au tarif établi par l'armée de l'air ».

Un avion de l'armée est resté stationné sur l'aéroport d'Assouan pendant toute la durée du séjour, « afin de permettre un rapatriement sans délai du Premier ministre, en cas d'urgence ». Les frais d'hôtel de l'équipage et ceux des agents assurant la sécurité du Premier ministre ont été pris en charge par Matignon, « comme c'est l'usage ».

Le communiqué de Matignon a été diffusé à 15 h 45, hier. François Fillon, qui venait de quitter la séance des questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, n'a pas eu à s'en expliquer de vive voix. Depuis Dakar où elle participe au Forum social mondial, Martine Aubry a été l'une des premières à réagir : « J'apprends avec consternation que les vacances privées du Premier ministre en Égypte ont été financées par le président Moubarak : décidément, on voit jour après jour combien le gouvernement a perdu le sens de l'esprit public. »





09/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres