INFO PREMIER

Gouvernement Malgaches: Rajoelina prend les devants

Le régime de transition met sur les rails la mise en place des institutions transitoires. En premier lieu, le gouvernement.
Andry Rajoelina enclenche la vitesse supérieure. Le président de la transition annonce la démission du gouvernement dirigé par le Premier ministre Camille Vital.

Ensuite, il lance un appel à consultations pour la formation de la nouvelle équipe gouvernementale, une journée après la cérémonie de paraphe de la feuille de route.
« Le Premier ministre et le gouvernement qu’il dirige m’ont remis leur démission (…) J’ai validé la démission du gouvernement », a annoncé Andry Rajoelina au cours d’une déclaration à la presse, en fin d’après-midi à Ambohitsorohitra. L’officialisation de l’événement a eu lieu quelques instants après un conseil des ministres éclair, vers 16 heures. La manière de présenter la démission diffère seulement un peu de la prévision faite par le Premier ministre Camille Vital, qui avait indiqué attendre une consigne de la part du président de la transition avant de s’exécuter en début de semaine.

Le président de la transition lance, en même temps, d’une manière officielle l’appel à candidature pour le poste de Premier ministre. « J’appelle tous les acteurs politiques à proposer des noms de personnalités qu’ils considèrent comme étant capables d’assumer les fonctions de Premier ministre pour diriger le gouvernement à avancer vers les élections », soutient-il. « Je pense que les partis sont prêts. Il en est de même pour les candidats », poursuit-il.

Le président de la transition, qui affiche une mine sereine et assurée, ne tergiverse pas et montre sa détermination à aller de l’avant. « Je pense que, dès que les conditions sont remplies, on connaîtra le nom du Premier ministre au plus tard au début de la semaine prochaine. Il pourra ensuite former le gouvernement (…) Nous sommes pressés », explique-t-il. Mais le 2 mars, Andry Rajoelina avait déjà demandé aux dirigeants des partis qui se sont réunis avec lui à Ivato, de lui fournir les noms des premiers ministrables et des ministrables.

Clé de répartition
Andry Rajoelina ne s’est pas étalé sur le profil du futur Premier ministre. Il se contente de rappeler les dispositions de la feuille de route, à savoir un chef du gouvernement de consensus, « qui ne peut être originaire ni de la même province ni de la plateforme politique qui soutient le président de la Transition ».
L’homme fort de la transition ne s’est pas non plus prononcé sur la clé de répartition du gouvernement. « Mais ce principe, né de accords de Maputo et d’Addis-Abeba, n’est plus de mise », précise Pierre Houlder Ramaholimasy, membre du Conseil supérieur de la transition et conseiller spécial de Andry Rajoelina. « La feuille de route donne toute latitude au président de la transition pour la désignation des ministres, en tenant compte d’une balise érigée dans la feuille de route, à savoir le respect de provenance politique, de représentation de genre et d’équilibre régional, à partir des listes fournies par les partis », ajoute-t-il.

Andry Rajoelina donne l’impression de récolter les fruits de son offensive politique de ces derniers jours. À la tête d’une réunion d’Ivato du 2 mars, il avait lancé un ultimatum pour la signature de la feuille de route avant le mercredi 8 mars, avant d’obtenir la cérémonie de paraphes du document censé régir une transition reconnue par la communauté internationale, 24 heures après l’expiration du délai fixé.

Hier, il annonce lui-même la démission du gouvernement, quelques heures après le feu vert donné par Leonardo Simao, représentant de l’équipe de médiation de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), pour lancer les consultations pour la formation du gouvernement.
Et ce, malgré le baroud d’honneur du camp Ravalomanana pour modifier la feuille de route.

Iloniaina Alain


11/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres