INFO PREMIER

Guy Maxime Ralaiseheno arrêté

Le leader de l'AMM a été arrêté samedi en plein Analakely. Il réclamait le départ d'Andry Rajoelina.


Arrestation de Guy Maxime Ralaiseheno.

Guy Maxime Ralaiseheno devait sûrement s'attendre au dénouement de sa manifestation « non autorisée » de samedi. Ce jour-là, le rendez-vous de l'Association des Maires de Madagascar (AMM) s'est soldé par l'arrestation de l'ancien maire d'Ankaraobato, président de cette association, à coups de grenades lacrymogènes.

La centaine de manifestants, encadrés par quelques membres de l'AMM, renforcés par ceux de la mouvance des trois anciens présidents, ont occupé une partie de l'esplanade d'Analakely, dès 10 heures.
Au début, les forces de l'ordre n'ont fait que sillonner les alentours, à bord de leurs véhicules. Elles ne sont intervenues qu'une heure plus tard, d'abord en éparpillant les manifestants avec les grenades lacrymogènes.
Guy Maxime Ralaiseheno, très fier avec son écharpe autour de la taille, est appréhendé et emmené  par une dizaine de militaires, sous les yeux ébahis et impuissants de ses partisans.

Le leader de l'AMM est ensuite emmené à Betongolo. Aux dernières informations, il y est toujours détenu, en attendant son défèrement au parquet. Des manifestants des « Trois mouvances » ne ratant aucune occasion de se manifester en public, de la Base Aéronavale d'Ivato à l'esplanade d' Analakely, étaient également dans les environs.


Misaina Rakotondratsima

La veille, Guy Maxime Ralaiseheno a clairement fait entendre l'objet de la manifestation: faire pression sur le régime pour la mise en place d'une « Transition neutre et consensuelle". L'AMM se refuse d'entrer dans le jeu des tenants du pouvoir actuel, d'où le boycott des communales du 20 décembre.
Selon cette association de 500 membres, la Transition actuelle ne mène que vers d'autres crises. À la place , elle réclame «une transition dirigée par une personnalité neutre », non encore identifiée . En clair, l'Amm veut le départ d'Andry Rajoelina de la tête de la Transition.

L'arrestation de Guy Maxime Ralaiseheno rejoint les autres « prises de rue » de ces derniers temps. En attendant son passage au parquet d'Anosy , il retrouve momentanément les autres leaders politiques, tels Fetison Rakoto Andrianirina de la mouvance Ravalomanana, aux « mutins de la Bani » qui ont jeté les armes le même jour.
Les mouvements et les manifestations de ces leaders, tant civils qu'élus ou militaires, se sont concentrés autour de la présidence de la HAT, avec le départ d'Andry Rajoelina comme dénominateur commun.

Misaina Rakotondratsima

Esplanade d'Analakely - Arrestation du Maire rebelle

Guy Maxime Ralaiseheno a été président des Maires d'Analamanga, mais aucun d'entre eux n'est venu prêter main - forte à ce dernier dans sa mission presque impossible, que lui - même a évoqué lors d'une conférence de presse, et que d'autres ont qualifié de « suicide politique ».

Une fois arrivé au beau milieu de la place, ce dernier a commencé à vainement appeler les manifestants à investir l'Esplanade.
Et juste au moment où l'élu d'Ankaraobato a été sur le point de mettre son écharpe tricolore, les éléments des Forces de l'ordre, ayant assuré le maintien de l'ordre dès la matinée, ont lancé une bombe lacrymogène afin de disperser la foule.
Ils ont ensuite procédé à l'arrestation du Maire rebelle. Sans aucune résistance, Guy Maxime Ralaiseheno n'avait d'autre choix que de monter dans la voiture des éléments des Forces de l'ordre.

Manifestation hors de sa circonscription

Ainsi, le Maire d'Ankaraobato aurait dû s'attendre à son arrestation qui a été motivée par plusieurs raisons. En premier lieur, il a prévu d'envahir des lieux qui se trouvent hors de sa circonscription territoriale, outre la tenue d'une manifestation publique sans autorisation des autorités compétentes.

Par ailleurs, il a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il a tenue la veille de la manifestation que, « nous n'avons besoin d'aucune autorisation pour tenir cette manifestation puisque c'est une forme d'expression », et ce ne sera pas lui qui va nier un jour qu'il a délibérément violé la loi.
Le Maire d'Ankaraobato a également fait appel à la mise en place d'une « Transition neutre » à la place de l'actuel pouvoir, ce qui traduit son intention d'évincer de leur siège, tous les membres des Institutions mises en place actuellement.

Il ne faut également pas oublier de rappeler que le refus de démissionner avant tout dépôt de candidature figure parmi les revendications de l'Amm, ayant conduit à la manifestation devant l'Esplanade d'Analakely.

Recueillis par Corinne R.


22/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres