INFO PREMIER

Israël:déterminé à ne pas revenir aux frontières de 1967

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré lundi qu'Israël ne reviendrait jamais aux frontières "indéfendables" de 1967, dans un discours prononcé à Washington devant le Congrès annuel du principal lobby pro-Israël aux Etats-Unis, l'AIPAC.
"Je veux vous assurer d'une chose, (la paix) doit garantir la sécurité à Israël et donc Israël ne peut retourner aux frontières indéfendables de 1967", a-t-il déclaré.

Après l'AIPAC lundi, M. Netanyahu devait s'adresser mardi au Congrès, quelques jours après un désaccord très public avec le président américain Barack Obama sur le processus de paix. "Je vais présenter une vision pour une paix israélo-palestinienne sécurisée", a-t-il déclaré devant l'AIPAC.

Il a ajouté que M. Obama faisait preuve d'un engagement "de fer" envers la sécurité d'Israël et l'a remercié pour le financement du système israélien avancé d'interception de missiles.
Plusieurs protestataires ont interrompu le discours du Premier ministre israélien, en estimant "inacceptable" la négation de la situation des Palestiniens, mais leurs voix ont été rapidement couvertes par les acclamations de nombreux délégués tandis que les manifestants étaient conduits hors du bâtiment par les services de sécurité.

L'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) est le principal groupe d'influence pro-israélien aux Etats-Unis et revendique quelque 100.000 membres.
Son forum annuel est un événement politique de premier plan, auquel se pressent les dirigeants des deux principaux partis américains, mais aussi des responsables israéliens.
Le jour de son arrivée dans la capitale américaine, le 20 mai, M. Netanyahu avait sèchement rejeté l'avis du président américain, qui s'était prononcé la veille pour l'établissement d'un Etat palestinien sur la base révisée des frontières de 1967.
Dans une mise en scène sans précédent, M. Netanyahu n'avait pas hésité à faire la leçon à Barack Obama devant des journalistes médusés, en plein Bureau ovale.
Il avait choisi d'interpréter la référence de Barack Obama aux frontières de 1967 "avec des échanges de territoires acceptés par les deux parties" comme une demande faite à Israël de se retirer sur la véritable frontière de 1967, qu'il avait déjà qualifiée de militairement "indéfendable".

Dimanche devant l'AIPAC, Barack Obama a persisté et signé, expliquant sa position et évoquant la mauvaise interprétation de ses propos. Dans la foulée, Benjamin Netanyahu s'est dit enclin à coopérer avec le président américain "pour renouveler les négociations de paix".
Le président américain avait placé la paix au Proche-Orient au sommet de ses priorités de politique étrangère à son arrivée au pouvoir en janvier 2009.
Toutes ses tentatives ont échoué sur l'incapacité des parties à s'entendre, poussant les Palestiniens à rechercher désormais la reconnaissance de leur Etat à l'ONU, en septembre prochain.
Le long voyage (six jours) de M. Netanyahu à Washington, prévu depuis longtemps, devait initialement lui donner l'occasion de livrer ses propres paramètres pour la paix.
Une telle initiative était vue comme le seul moyen d'empêcher une démarche unilatérale palestinienne à l'ONU.
Entretemps est arrivée la réconciliation-surprise entre le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas et le Hamas au pouvoir à Gaza, un mouvement qui ne reconnaît pas le droit d'Israël à exister.
M. Netanyahu, lui-même à la tête d'une coalition comprenant des partis hostiles à tout accord avec les Palestiniens, répète depuis qu'il est impossible de négocier avec des Palestiniens acceptant de partager le pouvoir avec le Hamas.

 PARIS jeudi 5 mai, lors d'une réunion/débat à la Mairie du 14ème arrondissement de Paris, sur le thème « Palestine : une résistance populaire non violente », nous interpellent et nous saisissent d'effroi.

***La vidéo choc de l'agression commise par La ligue de défense juive dans la Mairie du 14ème***
=
Vidéo de l'agression par la ligue de défense... par DZ_Le_Pirate=
Ahurissant, scandaleux, dans quel pays est-on ? Les images extrêmement choquantes qui nous parviennent de l'irruption fracassante suivie de l'agression commise par les brutes épaisses de la Ligue de défense juive. Comment la République peut-elle se laisser imposer un tel diktat par des ultras du sionisme, qui poussent le bouchon de la provocation toujours plus loin, forts d'une impunité intolérable et hautement répréhensible ?

Yonotan Shapira: « Je serai triste de constater que Barack Obama entre à la Maison blanche et continue de se comporter comme un esclave et pas comme un dirigeant, dans ce cas rien ne changera. S'il continue de jouer au golf et se comporte comme un esclave, forcé par l'AIPAC (Amrican Israel Public Affairs Committee) ou tout autre groupe d'intérêt ou de lobbyistes à Washington et s'il continue de se taire sur l'horrible crime qui se déroule dans mon pays en ce moment, il n'y aura aucun changement dans le monde.

Frontières d'Israël
Les frontières d'Israël ne sont pas définies et reconnues de manière unanime par la communauté internationale. Elles ont été modifiées à plusieurs reprises depuis la création de l'État en 1948.
Les frontières avec l'Égypte au sud-ouest puis avec la Jordanie à l'est ont fait l'objet d'accords reconnus par les protagonistes. En revanche, les frontières avec le Liban et la Syrie au nord, et surtout avec la Palestine alimentent toujours les tensions régionales.




24/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres