INFO PREMIER

Le Détournements de 7,5 milliards



Des détournements de fonds d'une valeur totale de 7,5 milliards de Fmg ont été découverts à la présidence de la HAT. Du moins, de fortes présomptions de vol ont conduit au limogeage du directeur administratif et financier (DAF) de la présidence, Yves Dafy. Bien que son successeur n'ait pas été encore nommé, la passation avec les services de la Présidence s'est faite, hier après-midi même.
Ce limogeage fait certainement suite à l'enquête sollicitée par Andry Rajoelina auprès du Bianco. Le secrétaire général de la Présidence, Haja Resampa, et le DAF figurent parmi les principales personnalités convoquées à la villa « La Piscine » d'Ambohibao.

Yves Dafy figure pourtant parmi les hommes de confiance du président de la HAT pour avoir été déjà DAF de la commune urbaine d'Antananarivo du temps où Andry Rajoelina était maire. Une source digne de foi indique que ce dernier a voulu donner une dernière chance à M. Dafy en lui accordant 2 semaines pour justifier la disparition de 7,5 milliards Fmg sinon de rembourser la somme détournée. Le délai ayant expiré sans que le concerné ait pu s'exécuter, la décision tombe.
Selon les sources proches du dossier, Yves Dafy ne pouvait d'ailleurs rien faire pour la simple et bonne raison que les fonds auraient été versés au bénéfice direct de la propriétaire d'un complexe hôtelier situé à Ivato et du gérant d'une station-service à Andohatapenaka.

L'arnaque a pu se faire par le truchement de l'utilisation des fonds spéciaux du président connus populairement sous l'appellation « caisse noire ». Prévus dans la loi de Finances quoique le montant inscrit n'atteint pas les 7,5 milliards mais dont le dépassement est autorisé sous peine de régularisation dans le budget de l'année prochaine, ces fonds ne nécessitent pratiquement aucun justificatif pour leur utilisation.

Reste pourtant à savoir si le DAF avait les pleins pouvoirs pour le déblocage de ces fonds. Théoriquement, il n'est qu'un exécutant des ordres venant directement du Chef de l'Etat sinon du secrétaire général qui s'occupe de tout ce qui est administratif et financier pour le fonctionnement de la présidence. Haja Resampa n'aurait-il rien vu ? Serait-il incompétent ou complice sinon les deux à la fois ?

Toujours est-il que Andry Rajoelina semble bien décidé à procéder un assainissement. Lui-même avait reconnu dans un de ses précédents débats télévisés des malversations perpétrées par des ministres et de hauts fonctionnaires de l'Etat. La mesure qu'il avait prise était d'exiger son autorisation personnelle pour tout engagement de crédit supérieur à un milliard Fmg. L'opinion réclamait des têtes.

Ce qui est, en partie, chose faite aujourd'hui et d'autres personnalités de son entourage direct pourraient subir le même sort. Encore qu'il ne suffit pas de limoger mais surtout de présenter les voleurs devant la Justice pour rendre l'assainissement crédible et redonner confiance de tout un peuple à celui qui avait incarné le changement.

En tout cas, en s'attaquant en priorité à son entourage direct, Andry Rajoelina veut sans doute donner un avertissement fort à tous les dignitaires du régime de Transition qui profitent de la situation pour remplir leurs poches. S'agit-il d'une préparation de l'opinion avant le discours télévisé tant attendu de dimanche prochain ?

D'aucuns espèrent que celui qui a déclaré ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle, ne s'arrête pas au simple stade de l'avertissement. Qu'il agisse pour de bon en prenant les sanctions qui s'imposent. On parle surtout du trafic de bois de rose qui ternit plus que jamais l'image de la transition en général et d'Andry Rajoelina en particulier. Jusqu'à aujourd'hui, les gros bonnets du trafic n'ont jamais été inquiétés parce qu'ils sont protégés. En haut lieu évidemment. Un décret pris en conseil des Ministres, en mars dernier, interdisant désormais la coupe et l'exportation de cette essence précieuse est par exemple balayé par un simple coup de téléphone ou une obscure autorisation spéciale. Si un décret n'est pas respecté par de hauts responsables eux-mêmes, pourquoi ne les dénonce-t-on pas et les remplacer ?

Andry Rajoelina n'a pas une échéance électorale à affronter. Il a à la limite une carrière politique à gérer dans le moyen terme s'il veut postuler à la Magistrature suprême dans 5 ans. Il ne doit hésiter à s'affranchir des opportunistes pour le moins véreux. Le pays dispose suffisamment de compétences honnêtes et ayant les reins solides pour achever au mieux la transition, c'est-à-dire mettre le pays dans une situation valable pour permettre aux dirigeants de la prochaine régime d'œuvrer aussitôt au développement. Que les barons de la transition le sachent !

Lambo T. et Sa


23/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres