INFO PREMIER

Les maires à la course de leur propre succession.

L'Association des maires de Madagascar va procéder au plan B dans sa contestation contre les communales du 20 décembre. Son président, Guy Maxime Ralaiseheno, a annoncé hier le passage à la prochaine étape du mouvement pour mardi. Une déclaration qu'il a faite à l'Espace Pistis à Ankaraobato, en présence de six membres de bureau de la nouvelle structure nationale.

Guy Maxime Ralaiseheno a voulu entretenir le suspense en tenant, pour le moment, secrète la forme de la manifestation que son association va effectuer prochainement.
Elections communales du 20 décembre - Guy Ralaiseheno joue le pion ?

« Nous ne déposerons aucune candidature aux élections des maires du 20 décembre. Nous ne démissionnerons pas, non plus, de nos fonctions », a-t-il avancé hier. Une position qui pourrait s'analyser comme une abstention à la course à leur propre succession. Pour le maire de la commune d'Ankaraobato, la mise à l'écart des maires élus par le biais de leur démission constitue « une sorte de coup d'État ».

En fait, l'Association des maires de Madagascar a dénoncé la manière avec laquelle les élections communales se préparent. Elle a pointé du doigt la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui, d'après Guy Maxime Ralaiseheno, n'est pas encore capable d'organiser indépendamment les élections. « On s'était mis d'accord à Ivato que les élections ne devraient se tenir en période de pluie. Mais ce n'est pas le cas actuellement », a-t-il soulevé, entre autres.

Au début, ces maires avaient réagi contre la mesure d'obligation de démission décidée par le gouvernement à l'encontre des maires candidats en vue de la réglementation des élections communales. Ils ont tenu une assemblée générale à l'Espace Salohy à Iavoloha le 13 au 15 octobre pour déterminer les moyens de pression appropriés en faveur de la mise en disponibilité de ces prétendants à une autre mandat aux mairies. La résolution de cette grande réunion a fait l'objet d'un document de travail de l'Association des maires de Madagascar. Environ 900 maires ont apposé leur signature en bas de l'écrit.

Joint au téléphone, un collaborateur de Guy Maxime Ralaiseheno a confié hier que le programme de mardi va se réaliser dans la légalité. Il a voulu rassurer l'opinion sur la sincérité de la démarche.

Fano Rakotondrazaka


30/10/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres