INFO PREMIER

L’impunité, l’immunité,la gabegie sont de retour..

Non, non, mille fois non ! Andry Rajoelina ne doit pas être complice ni encore cautionner ce népotisme qui se fait jour dans ses rangs. L'époque n'est plus à ce genre de clientélisme, de copinage. L'opinion veut, depuis le soulèvement populaire de 2009, une rupture nette et claire avec les pratiques du passé.

Photo: Augustin Andriamananoro

Aujourd'hui, malheureusement, le même système resurgit. Actuellement, les coquins et les copains des tenants du régime se pavanent, ici et là, d'occuper, sans vergogne, des postes importants, bien que ne disposant de la moindre compétence, pour ce faire. Ils ont, en effet, l'appui et la bénédiction, paraît-il, d'Andry Rajoelina. Pour eux, aucune crainte d'être un jour limogés : tout baigne donc dans l'huile. Cette période transitoire, c'est, en quelque sorte, l'assurance tous risques…

Beaucoup furent scandalisés d'apprendre dans la presse, hier, qu'un certain Augustin Andriamananoro, ancien ministre des Télécommunications de la Transion, est devenu maintenant le directeur général de l'OMERT (Office malgache d'études et de régulation des télécommunications) – sans appel d'offres -, et président du conseil d'administration de la SONAPAR (Société nationale de participation) – un organisme qui gère des milliards- et également conseiller spécial du président Andry Rajoelina. C'est beaucoup de responsabilités (et de salaires) pour un seul homme…

Par ailleurs, le directeur général de la SONAPAR, Mme Hasimbohangy Andrianainarivelo, n'est autre que la sœur du ministre actuel de l'Aménagement du Territoire.
Eh oui ! On a vu aussi, hier dans la presse, celle-ci et Augustin Andriamananoro sabler le champagne. Un peu de tenue, s'il vous plaît ! Pensez à vos compatriotes qui n'ont rien à se mettre sous la dent, tandis que vous…
Une telle « imbécillité », car c'en est une, est due à un manque cruel de travail de communication.
Ailleurs, même en Afrique, les hommes au pouvoir – ou du pouvoir – font tous attention à soigner leur image…

D'autre part, à cause peut-être de ses affinités avec Andry Rajoelina, quelqu'un est nommé ministre des Loisirs, en la personne du DJ, Serge Ranaivo. Mais qui est celui-là ? A-t-il vraiment les capacités requises pour occuper un tel poste ministériel ?
Dans l'entourage du patron de la Transition, on trouve également des individus incompétents, mais qui, grâce uniquement à leurs relations avec l'homme fort du régime, détiennent des fonctions stratégiques, voire un pouvoir exorbitant, dans le rouage de l'administration.

Tôt ou tard, Andry Rajoelina doit rendre des comptes quant à ses amis qu'il a, sans raison apparente, favorisés. En vérité, l'Etat de droit, que la Transition se targue de vouloir appliquer à la lettre, n'est visible nulle part : les petits arrangements et les combines semblent, comme dans le passé (sous MM. Ratsiraka et Ravalomanana), devenir une méthode de gouvernement.
Bref, l'impunité, l'immunité et la gabegie, constatées sous les régimes précédents, sont de retour. Au secours !

Franck RAHARISON


17/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres