INFO PREMIER

MADAGASCAR: 13 mai Les forces de l'ordre sur le qui-vive

Les hommes en uniforme mettront en place leur dispositif face à d'éventuelle manifestation de l'opposition ce vendredi 13 mai.

Les forces de l’ordre prêtes à toute éventualité

La commémoration des évènements politiques du 13 mai 1972 se tiendra cette année sous haute surveillance des forces de l'ordre. Les responsables de la sécurité ont pris acte de la déclaration des dirigeants du Mouvement des Malgaches pour la patrie (Rodobe), samedi au Motel de Tana, sur la tenue prochainement d'un grand rassemblement de contestation. Ils mettent en garde, ainsi, contre les éventuels débordements le jour d'anniversaire du 13 mai 1972 qui va tomber un vendredi.
Le Préfet de police de la capitale, Odilon Francis Rasoanaivo, a fait le constat d'absence de demande d'autorisation de tenir une manifestation pour le 13 mai, hier. Normalement, une telle procédure devrait s'effectuer cinq jours avant, pour la réunion publique à un endroit découvert, et deux jours pour la manifestation en salle.

Mais cet administrateur civil s'est montré toujours vigilant malgré la situation. Il a confié que les forces de l'ordre vont procéder au cadrage pour éviter les attroupements susceptibles d'atteindre l'ordre public. « Les forces de l'ordre mettront leur dispositif avant que les manifestants n'arrivent sur place », a-t-il avancé au téléphone.

Discrétion

Même attitude pour le général Richard Ravalomanana, commandant de la Circonscription régionale de la gendarmerie nationale (CRGN) d'Antananarivo, qui a voulu établir un lien entre le déplacement des opposants à l'ambassade des États-Unis ce jour et la suite du programme. Il a révélé que selon les renseignements, environ 200 personnes issues des provinces sont actuellement dans la capitale pour se mettre à la tête des rangs des partisans du mouvement qui vont rejoindre Andranomena. « Parmi ces dirigeants, il y a ceux qui ne cherchent qu'à provoquer les troubles pour inciter à la guerre ethnique », a indiqué le numéro Un de l'État-major mixte opérationnel régional (EMMO/ Rég) hier.

Dans le Grand port, le dirigeant local de l'opposition, Rémi Kotomanantsoa, a affirmé lors d'un entretien privé qu'après la manifestation organisée par l'Association des exploitants miniers au gymnase Soavita à Toamasina, une délégation du Rodobe se rendra à Tana pour y renforcer la manifestation le 13 mai. « Aucun programme n'est encore annoncé pour vendredi. Mais les dirigeants se prononceront sans doute sur la suite du mouvement à Andranomena », a-t-il ajouté.

Face aux différentes déclarations qui se contredisent, l'ancien président de la République, Albert Zafy, a joué l'apaisement en soulignant que Rodobe envisage de tenir une manifestation pacifique à Andranomena.

Fano Rakotondrazaka



12/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres