INFO PREMIER

MADAGASCAR Limogeage: Des ministres refusent l’ordre du PM

Jamais dans l’histoire de la République, on n’a connu un gouvernement aussi hétéroclite. C’est le contexte qui a conduit à la mise en place d’un gouvernement d’union nationale. Le problème est qu’au fur et à mesure que le temps passe, on sent que ce genre de gouvernement risque de créer davantage de troubles que d’apaisement.

 Passé le test de la SADC, dont l’émissaire Leonardo Simao a rassuré les membres du gouvernement qu’ils ne seront plus remplacés, les grandes manœuvres commencent au sein des ministères pour prendre le contrôle du département. Dans plusieurs ministères, des membres du gouvernement, qui ont obtenu un siège après avoir critiqué Andry Rajoelina, projettent de remplacer directeurs généraux et directeurs pour nommer à leur tour leurs hommes à eux.
          Il faut dire qu’ils ont pris de la graine auprès des fans du président de la HAT qui ont fait fi de l’ordre du Premier ministre lors de la constitution du gouvernement d’union nationale. Camille Vital avait notamment interdit à ses ministres de procéder au remplacement des staffs techniques (secrétaires généraux, directeurs généraux, directeurs…) afin d’assurer au mieux la continuité des services.
           Malgré la consigne, le ministre de la Fonction publique et le ministre de l’Education nationale limogent de hauts responsables. Le premier déloge son secrétaire général tandis que le second éjecte le directeur général de l’Education. Les deux ministres sont des enseignants chercheurs de carrière qui devraient servir de modèle en matière de respect de la hiérarchie et être au courant de la procédure, tous les deux étant d’anciens ministres. Il n’empêche que sur un simple arrêté ministériel, ils ont limogé des responsables qui ont été nommés par décret.
            Ces actes que personne n’a évoqués et que d’autres ministres pensent prendre au sein de leur département respectif, ne rassure guère quant à la suite de la transition jusqu’à l’élection du président de la République. Ce ne sont ni plus ni moins qu’un début d’anarchie au sein d’une mascarade d’organisation institutionnelle. On ne peut, en effet, qualifier autrement le refus de l’ordre donné par le Chef du gouvernement aux ministres sur l’interdiction de remplacer le staff.
             Ce genre de comportement est d’autant plus dangereux qu’il laisse croire que la plupart des ministres nommés au sein de ce gouvernement d’union nationale, se serait fixé comme seul et unique objectif de constituer un trésor de guerre en vue des prochaines élections législatives, ou tout simplement de se remplir les poches.
              Dans tous les cas, Andry Rajoelina plus que Camille Vital doivent être extrêmement prudents. Pour le Premier ministre, c’est l’autorité qui n’est pas reconnue. Mais pour le président de la HAT, les malversations des ministres et la dégradation de la vie sociale et économique retomberont sur lui. Et sur lui uniquement. Son rêve, son aura et toutes ses ambitions s’effaceront au fur et à mesure que les choses s’aggravent. C’est ce qu’attend tranquillement Marc  Ravalomanana.
Sa


02/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres