INFO PREMIER

Madagascar Saphir et rubis: Plus de 200 milliards d’ariary par an !

15% de la production mondiale de saphir viennent de Madagascar et ce taux se situe à 10% pour la production de rubis d'après les données de la Banque mondiale.

Pour les exportateurs, ces chiffres sont synonymes d'un chiffre d'affaires dépassant les 100 millions de dollars par an. Ce qui fait plus de 200 milliards d'ariary ou 1 000 milliards de Fmg. Ce montant représente les dépenses mensuelles de l'Etat. Or, la redevance minière n'a même pas dépassé les 125 000 dollars ou 250 millions d'ariary en 2007.
Ce n'est même pas 2% de la valeur annuelle des exportations de saphirs et de rubis. Comme quoi, l'Etat est l'une des grandes victimes des opérateurs informels qui pullulent dans le secteur des pierres précieuses. Et il n'y a pas que ces pierres-là. Avec la flambée des cours internationaux de l'or, le métal jaune devient un produit très couru par les trafiquants de tout acabit. Sans cela, le gisement aurifère récemment découvert dans le district de Fenoarivobe ne verrait pas des riches opérateurs débarquer en 4x4 tous les 2 ou 3 jours.
Ils viennent « ramasser » de l'or à des prix dépassant largement ceux proposés dans la capitale, soit 80 000 à 90 000 ariary le gramme. A ce prix-là, ils achètent parfois au-dessus des cours internationaux. Ceux-ci sont actuellement aux environs de 1 200 dollars l'once, soit près de 80 000 ariary le gramme.

En fait, si Madagascar réussit à juguler les trafics illicites dans la filière des pierres précieuses et de l'or, il peut réduire d'une manière significative sa dépendance aux aides extérieures. Car notons que les services de la dette représentent près de 20 milliards d'ariary par mois selon le Trésor public. Au lieu d'emprunter massivement auprès des bailleurs de fonds donc, le pays gagnerait à assainir cette filière.

Il en est de même pour les trafics de bois précieux dont notamment de bois de rose. Sur les 9 premiers mois de l'année 2009, le commerce illicite de bois de rose est estimé avoir généré des revenus proches de 120 millions de dollars ou 240 milliards d'ariary. C'est plus que 10 fois les besoins mensuels de l'Etat pour le paiement de ses factures. Ce montant devrait assurer ainsi plus de 10 mois de dépenses pour le paiement des mandats. Outre les pierres précieuses, l'or et els bois précieux, les plantes et la pêche font aussi l'objet de trafics illégaux. Tous ces échanges illicites devraient représenter une part non négligeable dans la formation du PIB du pays. Ils profitent à une poignée de gens et de politiciens qui nagent sur un océan de pauvreté.

Notons que ces trafics ne datent pas d'aujourd'hui. Ils ont cours depuis des lustres mais les trafics de bois de rose ont pris de l'ampleur depuis 2009. Quant aux trafics d'or, ils risquent de prendre l'envergure des affaires louches de bois de rose avec la remontée irrésistible des cours internationaux. Ce mouvement était déjà une réalité depuis plus d'une année, mais aucune mesure n'a été prise pour prévenir et puis pour endiguer le phénomène des trafics illicites.

B.B



13/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres