INFO PREMIER

MADAGASCAR Trafics de tortues protégées

Trafics de tortues protégées
196 pièces découvertes avant embarquement à l’aéroport d’Ivato.


Quelle audace ! Au moment où tous les yeux et les oreilles, toute l’attention des autorités sont braqués sur tout mouvement de bois de rose, des individus malintentionnés se permettent en sus de tenter des exportations illégales d’espèces protégées de tortues. 196 pièces de tortues, protégées car en voie de disparition, ont été réparties dans trois valises et quelques cartons. Elles allaient prendre le vol de Kenya Airways de ce lundi matin du 25 juillet à destination de Naïrobi où elles devaient transiter pour continuer sur Dubaï et atterrir dans les plats ou dans les officines en Malaisie, destination finale.
Il s’agit de trois espèces de petites tortues communément connues sous les termes de tortues radiées, d’angonoka et la troisième moins connue appelée tsakafy, de son nom scientifique, Pixys arachnides.

Les auteurs de ce trafic découvert sont des ressortissants indiens et malgaches. Ils viennent de Mahajanga. Ils ont apparemment réussi à déjouer dans un premier temps la vigilance et évité le passage au scanner mais se sont en quelque sorte heurtés à la prudence de la Police, car c’était au moment de leur embarquement que ces valises avaient été saisies.

Le général Herilanto Raveloarison, ministre de l’Environnement et des forêts, s’est rendu sur les lieux en fin de matinée pour constater les faits et a déploré le trafic ; il n’a pas manqué d’encourager les agents du ministère de l’Environnement et ceux de la sécurité et les forces de l’ordre dans leurs efforts pour protéger la faune et la flore du pays.

Selon les commentaires recueillis sur place, il ne pourrait s’agir que de trafics de haut vol pour qu’on ose le mettre en œuvre en cette période d’effervescence autour de nos richesses naturelles ; pour dire qu’il y aurait anguille sous roche ou plus simplement que ce serait encore tout un réseau qui bénéficierait ou qui prétendrait bénéficier du parapluie de gros bonnets.

Quoi qu’il en soit, selon les responsables au sein du ministère de l’Environnement, l’enquête est en cours et en attendant les résultats, les tortues saisies seraient vraisemblablement prises en charge par le ministère avant peut-être qu’elles ne soient restituées dans leur milieu de vie.

D.B


26/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres