INFO PREMIER

MADAGASCAR:Confusion autour du gouvernement

La nomination de Camille Vital comme Premier ministre devrait accélérer la formation du gouvernement. Mais certains événements politiques pourraient tout compliquer.
La formation du gouvernement dite d'union nationale marche-t-elle sur des roulettes ? A priori, des circonstances ne confirment pas cette tendance au risque de provoquer un accouchement difficile.

« Une fois validée par les instances décisionnelles de la SADC et de l'Union africaine, la « feuille de route » servira de socle à la désignation d'un gouvernement d'union nationale pleinement représentatif », a déclaré, hier, Bernard Valéro, porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes de la France, au cours d'un point de presse électronique.

La déclaration du Quai d'Orsay sous-entend une réserve par rapport au calendrier de la formation du gouvernement initié par le régime de transition. En effet, le général Camille Vital, dès sa reconduction au poste de Premier ministre, avait annoncé, mercredi, la formation de son équipe dans un délai de dix jours au plus tard. Or, la réunion de la Troïka de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), l'organe de coopération en matière politique, de défense et de sécurité, initialement prévue, ce jour, est reportée au 31 mars.

Déjà la communauté internationale est partie en ordre dispersé lors de la cérémonie de paraphe de la feuille de route le 9 mars. Puis, voilà que la France, représentée par Jean Marc Chataigner, son ambassadeur, aux côtés des autres diplomates lors du rendez-vous à Ivato, prend une position qui risque, dans une certaine mesure, de déplaire au régime de transition.

Mais l'attitude des deux têtes de l'Exécutif lors de la nomination de Camille Vital avait déjà fait tiquer plus d'un. Interrogé sur la réaction de la communauté internationale sur son choix, Andry Rajoelina s'est montré évasif. « Elle est au courant », s'est-il contenté de répondre sans préciser la position des partenaires techniques et financiers. Quelques minutes après, le général Camille Vital avait mis l'accent sur le « processus malgacho-malgache », débouchant sur sa reconduction. « Je ne vois pas pourquoi la communauté internationale ira à l’encontre de la décision des Malgaches », avait-il anticipé.

Interpellation

Ces dernières 24 heures, l'attitude des dirigeants des formations politiques interpelle. Ils se murent dans un silence éloquent, au lieu d'une série de déclarations de soutien sans faille au chef du gouvernement reconduit. La tendance à la prudence s'est poursuivie hier, quand les hommes politiques contactés refusent de commenter les événements. Des indiscrétions confirment la prudence des entités politiques devant l'évolution de la situation.

De leur côté, les mouvances des trois anciens Présidents s'engouffrent dans la brèche pour placer leur contre-attaque. « Nous demandons à la SADC de reconnaître que leurs efforts de médiation ont échoué », lit-on dans un communiqué publié par l'équipe de communication de l'ancien président Marc Ravalomanana, en rapportant les propos de ce dernier. « Les médiateurs de la SADC sont maintenant considérés soutenir le régime illégal dans notre pays, au détriment du peuple malgache », poursuit-il.

La France préoccupée
Le gouvernement français réagit après l'arrestation de Mamy Rakotoarivelo, chef de délégation par intérim de la mouvance Ravalomanana. « Nous prenons note, avec une certaine préoccupation, de la procédure judiciaire qui a conduit, le 15 mars, à l'arrestation de l'un des leaders de la mouvance d'opposition Tiako I Madagasikara, Mamy Rakatoarivelo, puis à la prolongation de sa garde à vue de 15 jours », a déclaré Bernard Valéro, porte-parole du ministère des Affaires étrangères et européennes, mercredi, au cours d'un point de presse électronique. Le porte-parole du Quai d'Orsay affirme que la mesure « ne va pas dans le sens de l'apaisement qui a présidé, de façon essentielle, à l'élaboration, sous l'égide de la SADC, de la "feuille de route" paraphée le 9 mars dernier ». Il espère que " cet événement ne soit pas de nature à compromettre le travail de fond réalisé par l'équipe de médiation de la SADC et la finalisation de sa « feuille de route » .

Iloniaina Alain


18/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres