INFO PREMIER

Mamy Ravatomanga: Un dossier remis à la Chaîne pénale anti-Corruption

«Nous avons bouclé l'enquête relative au dossier Mamy Ravatomanga, malgré les diverses interventions.
Et nous l'avons transmis à la chaîne pénale Anti-corruption » a révélé le directeur général du BIANCO (Bureau Indépendant Anti-corruption), le général Faly Rabetrano, hier après-midi en marge de sa conférence de presse. En effet, de fortes présomptions de corruption pèsent sur le jeune multimilliardaire Mamy Ravatomanga, un proche d'Andry Rajoelina.

Le soupçon de corruption a trouvé son origine l'année dernière lors d'un différend qui a opposé Mamy Ravatomanga et un opérateur fournisseur d'énergie électrique, qui fut traité par la suite par la justice. On ignore s'il s'agit d'une coïncidence ou non, mais au même moment le magistrat en charge de l'affaire a acquis un mini-bus Toyota. Il s'avère par la suite que ce véhicule a été cédé par Mamy Ravatomanga à ce magistrat à un prix bien en dessous de sa valeur réelle. Durant l'enquête relative à cette affaire, le chauffeur qui a livré le véhicule au magistrat a été entendu par le BIANCO.

Le dossier a été transmis à la Chaîne pénale anti-Corruption, chargée de traiter les dossiers relatifs à la corruption. Les magistrats de la CPAC auront-ils le courage de sanctionner ce jeune multimilliardaire très écouté d'Andry Rajoelina ?
En effet, il serait difficile pour ces magistrats de trancher sur cette affaire puisque ce multimilliardaire appartient au cercle d'amis restreints d'Andry Rajoelina. C'est grâce à lui que le président de la transition a reçu le Dr. Hui Chi Ming, le milliardaire chinois ayant la capacité d'apporter à Madagascar d'importants capitaux pouvant remplacer nos bailleurs de fonds traditionnels. Les magistrats pourraient être tentés de négliger le dossier et suivre l'exemple de trois agents du ministère du Commerce qui ont effectué une descente dans un magasin d'électroménagers indopakistanais réputé contrefacteur, cité par le général Rabetrano. Trois agents du Commerce ont, en effet, perçu des cadeaux de la part du propriétaire du magasin indopakistanais contrefacteur et obtenu une liberté provisoire après avoir comparu devant la CPAC, samedi dernier.

Le général Rabetrano a révélé de nombreuses interventions des autorités en vue d'enterrer des affaires de corruption impliquant des proches des grands barons du régime actuel. Saluons ici la bravoure et le courage de ce général de Brigade connu pour sa droiture et son humanisme au début de la crise de 2009.
Notons que la corruption demeure le principal fléau qui gangrène notre pays et favorise le pillage de nos richesses naturelles. On assiste actuellement à un pillage systématique de la richesse forestière malgache avec l'exploitation sauvage des bois précieux. Malgré le décret qui interdit la coupe et l'exportation illicite de bois de rose, on apprend que d'importants stocks de bois de rose coupés illicitement attendent d'être exportés. Ces bois précieux d'une valeur inestimable quittent la Grande Ile aux yeux et à la barbe des autorités malgaches, grâce à la complicité de hauts responsables du régime transitoire.

Le BIANCO et le SAMIFIN, qui sont les garanties de la bonne gouvernance pour les bailleurs de fonds occidentaux, essaient tant bien que mal de mener des investigations liées aux affaires de corruption et de blanchiment d'argent associés à l'exploitation illicite de bois précieux. Seulement, ces services ont leurs limites et le pouvoir judiciaire se doit de compléter.

Lambo T. et Roc



30/07/2010
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres