INFO PREMIER

MANJAKARAY: Agression d'un ressortissant suisse

Frappés de projectiles aux épaules et à la cuisse, un ressortissant suisse se trouve dans un état critique. Trois bandits armés lui ont dérobé son argent.

Des impacts de balles sont encore visibles dans les locaux de la coopérative Vatsi.

Les balles ont sifflé aux oreilles, au stationnement de Manjakaray hier au petit matin. Trois bandits, brandissant un pistolet automatique de type Makarov, ont arrosé de balles Moneger Jean-Pierre, un ressortissant suisse âgé de 56 ans, après l'avoir poignardé au ventre. Les bandits lui ont dérobé un sac banane contenant une importante somme d'argent. Frappé de projectiles aux deux épaules et à la cuisse, la victime a été évacuée d'urgence à la clinique privée d'Ambodivona avant d'être placée sous soins intensifs à l'hôpital militaire de Soavinandriana.

De source policière, le Suisse est un opérateur touristique. Il serait propriétaire d'un hôtel implanté à Nosy Komba, une île située à l'est de Nosy Be. Le ressortissant étranger venait de débarquer à Tana après un voyage en avion. Il allait rejoindre Toamasina en taxi-brousse lorsqu'il a été attaqué. « La victime était arrivée au stationnement vers 4h30 du matin », indique un responsable de la coopérative de transport Vatsi. « Nos locaux étaient encore fermés à ce moment », poursuit-il.
Le Suisse a acheté un billet pour Toamasina à l'ouverture du guichet, aux alentours de 5h30. Il s'est ensuite installé sur un banc, dans la salle d'attente.

Résistance farouche
Dix minutes plus tard à peine, les assaillants ont fait irruption dans l'enceinte de la coopérative Vatsi. D'emblée, ils se sont rués sur l'étranger pris pour cible. « Les bandits l'ont menacé avec un sabre mais il a opposé une résistance farouche. Furieux, ses agresseurs lui ont planté un sabre dans le ventre », rapporte un guichetier, témoin oculaire de cette scène de violence.
Ce dernier a tenté d'intervenir lorsque les malfaiteurs ont traîné l'étranger le long du hall. Ce dernier s'est affalé sur le carrelage après le coup de sabre. « Ils ont tiré dans tous les sens dès mon arrivée de l'autre côté du comptoir.
L'un des projectiles a fracassé une ampoule. D'autres se sont logés dans le mur. Le blessé, quant à lui, a été frappé de trois balles », enchaîne-t-il.
Après avoir fait parler la poudre, les malfaiteurs ont jeté la victime sur le trottoir. Ils ont ensuite pris le large.

Seth Andriamarohasina


20/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres