INFO PREMIER

Militaires mutins d’Ivato : revendications surtout politiques

La sagesse a finalement prévalu hier à Ivato. D'assez bon matin en effet, des détachements « loyalistes » emmenés dans des camions militaires ont été positionnés autour du camp des mutins. L'affrontement semblait imminent, d'autant que par les ondes radio, ordre a été donné aux habitants civils des alentours d'évacuer les lieux.


Le dispositif d'assaut ressemblait à celui de mai dernier devant le Fort-Duchesne, avec en première ligne les éléments des FIS (Forces d'Intervention Spéciale). Cet impressionnant déploiement de forces n'était-il qu'un bluff ? En tout cas, à l'ultime instant apparemment, un message du général Noël Rakotonandrasana est parvenu aux « assaillants », annonçant de nouvelles propositions.

Le contact fut donc renoué et les pourparlers relancés. Dès lors, ce fut la rupture avec la situation conflictuelle et l'avènement de part et d'autre d'une disposition d'esprit plus portée au dialogue. C'est dans ces conditions que le général Ndriarijaona André, chef d'état-major général des Armées a pénétré dans le camp des mutins pour parlementer.

A sa sortie, cet officier a confirmé le virage pacifique pris par les évènements : pas d'affrontements armés entre frères d'armes et priorité aux négociations. L'homme a également apporté une précision de taille sur les desideratas des mutins :
ils n'ont pas de grief contre la direction des Forces armées, mais leurs revendications sont surtout de nature politique. Selon toute vraisemblance donc, les premiers négociateurs mis en lice par le régime de transition, le colonel Richard Ravalomanana puis le général Ndriarijaona André, seront retirés et seront remplacés par des officiers plus aptes à traiter des questions politiques et à défendre les intérêts du régime de transition.

On pense au ministre des Affaires étrangères Hippolyte Ramaroson, aguerri aux pourparlers depuis le début de la crise, ou au ministre des Forces armées, le général Rakotoarimasy Lucien, ou encore au ministre de l'Environnement, le général Raveloharison Herilanto.
On s'interroge déjà sur les revendications politiques qui seront avancées par les officiers mutins.
Vont-ils ressortir la plate-forme revendicative qui a fait le consensus entre ces officiers de diverses tendances politiques ?
Dans ce cas, ils vont gêner le régime de transition qui pourrait repousser leurs prétentions.

Le premier jour en effet, ces officiers ont évoqué la dissolution des institutions de la transition, la libération de tous les prisonniers politiques, le retour au pays des exilés, la destitution des ministres et leur remplacement par leurs secrétaires généraux.
S'y joindra certainement la liberté de réunion et de rassemblement pour les mouvances, de manière à éviter l'utilisation de l'Armée pour bâillonner les opposants.
Ainsi qu'ils l'ont déjà exprimé, les officiers d'Ivato militent pour l'avènement d'une transition sur de nouvelles bases, l'actuelle étant par trop unilatérale au goût des officiers proches des trois mouvances.

En tout cas, on constate ces derniers jours une vigoureuse reprise de l'agitation : manifs de rue avec incendie de pneus et même de véhicules, et des jets de cocktails Molotov dont l'un a probablement mis le feu au siège du parti Akfm… Tout cela est-il à lier avec ces officiers d'Ivato qui s'expriment avec … flamme ?

Adelson RAZAFY


20/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres