INFO PREMIER

Mouvement pour le changement Andry Rajoelina interpellé

Une partie des partisans rappelle le mobile du mouvement populaire de 2009. Ils évoquent une exclusion à leur encontre.

Bruno Razafinimanana (au centre) s’adressant à la presse, hier

Des adhérents du mouvement en vue du changement sur la place du 13 mai, lors des évènements politiques en 2009, ont monté le ton. Regroupés au sein du Comité pour la Défense de la Démocratie (KMD), ils ont dénoncé un certain revirement dans la concrétisation des aspirations populaires. Ils vont mobiliser les partisans et tenir une manifestation à Ambohijatovo, le 16 avril, afin de tirer la sonnette d'alarme.

Portant un foulard de couleur orange rappelant l'enthousiasme des pro-Rajoelina contre le régime précédent, Bruno Razafinimanana, président du KMD, s'est adressé, hier, au Président de la Haute Autorité de la Transition (HAT), afin qu'il revienne à l'esprit du mouvement. « Nous voulons vous poser des questions sur plusieurs points ainsi que sur la conclusion des divers accords politiques. Que pensez-vous de vos compagnons de lutte ? Vous êtes actuellement entourés d'autres personnes », a-t-il soulevé lors d'une rencontre avec la presse au restaurant « Mon Goûter » à Andrefan'Ambohijanahary.

L'interlocuteur a évoqué une demande, en vain, d'adhésion du KMD à l'Union des Démocrates et Républicains pour le Changement (UDR-C) en janvier dernier. Il a taxé les collaborateurs de Andry Rajoelina d'être à l'origine de cette exclusion.
« Nous n'avons pas peur des politiciens », a-t-il ajouté de vive voix.

Retour à la source

De son côté, le coordonnateur national du KMD, Louis de Gonzague Raveloson, a assimilé la démarche actuelle de résolution de crise à celle effectuée à Maputo. « Nous convions le président Andry Rajoelina à revenir au peuple », a-t-il lancé.
Le KMD a, à cette occasion, proposé des noms de prétendants au Conseil Supérieur de la Transition (CST) ainsi qu'au Congrès de la Transition (CT).
 
Joint au téléphone, Benja Urbain Andriantsizehena, Secrétaire Général Adjoint de la plateforme proche du régime UDR-C, a avancé que des militants de la première heure sur la place du 13 mai, sont encore nombreux au sein des instances de la transition, en réaction à la déclaration du KMD. « L'UDR-C a aussi son règlement intérieur. Toute demande d'adhésion à l'UDR-C doit être cautionnée par deux partis politiques déjà membres. Les derniers mots reviennent à l'Assemblée Générale », a-t-il expliqué, pour souligner qu'aucune décision n'a encore été prise sur la demande du KMD.

Fano Rakotondrazaka



08/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres