INFO PREMIER

Président Andry Rajoelina - « Un Colonel me menace de mort ! »


« Apparemment, le Peuple malgache est convaincu dans la démarche d'honorer son devoir de citoyen, notamment dans la Capitale. Il semble que le taux de participation à Antananarivo ait augmenté par rapport aux dernières élections et surtout par rapport au Référendum constitutionnel de 2007 », a déclaré le Président Rajoelina.

Et de continuer, « je n'ai pas pu m'empêcher d'exprimer ma gratitude à l'endroit de tous les citoyens malgaches et j'espère bien qu'en dépit des efforts de certaines personnes malintentionnées dans leur tentative de déstabilisation, le Référendum constitutionnel pourra nous mener jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel ».
Sur l'événement d'Ivato, œuvre entre autres des Généraux Raoelina et Noël Rakotonandrasana, du Colonel Coutiti ainsi que du Lieutenant - Colonel Charles Andrianasoavina, ce dernier étant le porte - parole, le Président Rajoelina a insisté sur le fait que ce n'est qu'« une simple manœuvre de déstabilisation, mais je peux garantir jusqu'ici l'unité de l'Armée malgache, et les Forces de l'ordre n'ont pas minimisé leur mission de maintien de l'ordre en ce jour de Référendum. La preuve en est que je peux venir jusqu'ici suivre à cette heure de la soirée le décompte des voix ».
Dans ses explications, le Président de la Hat n'a pas manqué de signaler que « l'événement d'Ivato n'est que l'œuvre d'une poignée de personnes, mais ce pays dispose de ses propres dirigeants qui vont prendre des mesures appropriées à l'acte ».
Des officiers en nombre epsilon
Et le Président Rajoelina n'a pas manqué d'évoquer le côté burlesque de la situation, « alors que la majorité des Malgaches essaie de trouver l'issue de la crise, ces officiers, en nombre epsilon, vont dans le sens inverse. Il ne faut surtout pas commettre des stupidités quand on ne fait plus partie de l'équipe dirigeante ». Il a par la suite indiqué que « nombreux sont pourtant ceux qui n'ont pas pu exprimer leur sentiment de frustration une fois remerciés ».
Le Président de la Hat n'a affiché aucune crainte face à la mutinerie du côté d'Ivato ainsi que les pressions ayant précédé cet événement. « Un Colonel a l'audace de proférer des menaces de mort à mon encontre en échange de mon refus de démissionner. Mais sachez que je n'affiche aucune crainte et ce ne sont pas des menaces qui vont me faire changer d'avis et faire machine arrière dans mon initiative d'apporter des changements dans ce pays ».

Sur la désinformation ou plutôt l'exagération de certains journalistes de stations étrangères, le Président Rajoelina n'a pas mâché ses mots (voir article ci - après) et il leur a conseillé de faire cesser une telle pratique.
Sur la question concernant un éventuel report du calendrier électoral, le Président Rajoelina a souligné que « cette question est plutôt du ressort du Parlement, Institution mise en place par l'Accord politique d'Ivato ».

Corinne Razafiarisony

Tv Plus, la chaîne de la déstabilisation !

En plein journal télévisé d'hier soir, les deux journalistes de service de Tv Plus ont « révélé » que « des tirs nourris d'armes de guerre terrorisent actuellement les habitants d'Antaninarenina, d'Ampefiloha et d'Analakely ». Pis, sans ciller, le mâle de ce duo journalistique ne s'est pas privé hier du malin plaisir de déclarer que « tout le monde est déjà devant le poste téléviseur, accroché sur Tv Plus, et qu'il est du devoir des journalistes de cette chaîne – encore en reportage sur le terrain -  de leur rapporter les réalités ».

Malheureusement pour cette télévision de toutes les sensations, un simple tour au centre ville a dévoilé qu'aucune détonation, même d'un vulgaire pétard, n'a été entendue par qui que ce soit. Plus grave, un journaliste de Tv Plus a effectivement fait le tour de ces trois quartiers sans qu'il n'ait pu avoir la moindre confirmation sur l'existence de ces soi - disant « tirs nourris d'armes et terrorisant ». Alors que, sans avoir pris la peine d'attendre les résultats des recoupements entrepris par ce journaliste sur le terrain, le duo en question, sur le plateau de cette chaîne, a réitéré l'existence de ces tirs en rafales d'armes.

D'ailleurs, le même mâle dudit duo a pris le soin d'annoncer instamment qu'il a, lui – même, entendu ces crépitements d'armes de guerre. De son plateau sis du côté… d'Anosizato. Chapeau ! En tout cas, visiblement aveuglée par la haine viscérale qu'elle éprouve contre notamment Andry Rajoelina, la principale responsable de Tv Plus arrive à faire incruster dans l'esprit de certains de ses journalistes ce « virus » du mal. En effet, ces derniers temps, cette chaîne de télévision privée s'est illustrée par les attaques au vitriol que sa principale responsable, qui se reconnaîtra et que tout le monde connaît, vomit régulièrement sur la tête du Président Rajoelina.

Quoi qu'il en soit, pour asseoir le bien - fondé du constat selon lequel Tv Plus s'attelle également dans les opérations de déstabilisation perpétrées par les détracteurs du régime transitoire, son journaliste a été hier l'unique acteur de la presse nationale a être autorisé par les mutins militaires à accéder dans l'enceinte du camp de la Rfi à Ivato.
Là où Charles Andrianasoavina et ses sbires ont élu Qg. Et là où ce journaliste pas comme les autres a non seulement pu converser, et pourquoi pas peaufiner des stratégies de guerre ?, avec ces putschistes militaires mais encore et surtout a pu filmer les gestes et propos de ces derniers.

De toutes les façons, en cette veille du retour annoncé de l'Amiral Didier Ratsiraka, indiqué être l'un des propriétaires de Tv Plus, sa principale responsable et certains de ses journalistes ne voient que du… rouge, la couleur du sang et de la haine aveuglée, sur le régime de Transition. Jusqu'à inventer des tirs d'armes de guerre pour justement terroriser ce dernier et la population tananarivienne. D'ailleurs, alors que la situation est déjà revenue à la normale du côté d'Ivato hier, Tv Plus a encore continué à diffuser des scènes de la terreur où les putschistes militaires ont été les seuls acteurs.
Bref, rien n'étonne plus de la part de cette chaîne de la déstabilisation et de la haine qui, pour une vulgaire question de (de…) sous ?,  se plaît actuellement à s'asseoir sur la déontologie du métier et à tordre le cou à l'éthique de la profession.

R. Christian Frédéric
Gifle cinglante…
Dans la matinée d'hier, le Président Rajoelina a fait exprès de ne pas intervenir en langue française pour le compte du seul journaliste étranger présent au bureau de vote du Lycée agricole d'Ambatobe.
Il a tout simplement indiqué, à l'encontre de ce dernier, que « l'évènement actuel touche uniquement les Malgaches ».
Néanmoins, dans la soirée d'hier et à l'issue du décompte des votes dans le même bureau d'Ambatobe, le Chef de l'Etat a, en réponse à une question d'un journaliste malgache attenant aux fortes rumeurs abusivement déversées sur la scène internationale par des médias étrangers et relatives au « coup d'éclat » d'Ivato, clairement déclaré qu'il préfère ne pas répondre aux questions des journalistes étrangers qui, selon ses propos, « ne font que déformer les réalités à Madagascar ».
En tout cas, ayant répondu à la question d'une consœur étrangère, Andry Rajoelina a été clair et catégorique à l'encontre de certains médias internationaux qui ne cessent de déverser des âneries sur le cours des réalités à Madagascar : « ne déformez plus les informations sur Madagascar ! ».
Une gifle cinglante infligée à certains médias internationaux qui, depuis le début de la lutte populaire en 2009 jusqu'à ce jour, se plaisent à diffuser des informations erronées, non justifiées, voire manipulées, sur le cours des choses dans le pays.
D'ailleurs, rien qu'hier dans la soirée, toute une multitude de bourdes monumentales, voire des idioties flagrantes, a été diffusée ou publiée sur le Net quant à la tentative de coup d'Etat perpétrée par des Officiers généraux et supérieurs des Forces armées du côté d'Ivato. En effet, sur ces sites médiatiques, pourtant indiqués être de référence, il a été révélé hier « la réussite d'un putsch militaire à Madagascar », ou encore « le décès de Andry Rajoelina, tombé sous les balles des putschistes militaires » et  bien d'autres bêtises, sottises, stupidités, absurdités, inepties, A croire que cette catégorie de presse internationale ne jure que par la mort, physique et politique, de Andry Rajoelina.
En tout cas, les choses sont maintenant claires : dans les rangs des journalistes étrangers, il existe des nuls et des vauriens !


R. A. Maxime

Mutinerie d'Ivato
4 Officiers se disent faiseurs de Roi
Alors que le Référendum constitutionnel d'hier a attiré l'attention de la majorité des Malgaches, quelque part dans la Capitale, plus précisément du côté d'Ivato, 4 Officiers supérieurs au sein de l'Armée, à savoir les Généraux Raoelina, Noël Rakotonandrasana, le Colonel Coutiti ainsi que le Lieutenant - Colonel Charles Andrianasoavina ont fait une déclaration, ou plutôt deux, en vue de mettre en place une Transition nouvelle formule et à leur façon.
Dans la première déclaration, publiée vers 13h, ces 4 Officiers supérieurs qui se disent faiseurs de Roi, ont signalé «la destitution de toutes les Institutions de la Transition dans sa forme actuelle et ont appelé les Secrétaires généraux de tous les ministères d'expédier les affaires courantes », ceci sera précédé de ce qu'ils qualifient de « vraie réconciliation nationale ainsi que du retour au pays de tous les exilés politiques ».

Et la déclaration a été suivie d'un appel à tous les éléments de l'Armée ainsi que de la Police nationale de regagner leur corps d'origine.
Vient ensuite la deuxième déclaration, lue vers 16h et signée par leur porte - parole, le Lieutenant - Colonel Charles Andrianasoavina, dont l'essentiel réside dans l'appel à tous les éléments au sein de l'Armée de regagner immédiatement la garnison d'Ivato, un appel qui apparemment n'a pas été suivi.

Les partisans des trois mouvances qui viennent de la Capitale ont rejoint la base Rfi d'Ivato ainsi que la Bani, à l'intérieur desquelles ces éléments mutins se sont refugiés. Et juste avant de l'atteindre, ces manifestants ont commencé à ériger des barrages sur les routes principales jusqu'à l'arrivée des éléments de la Gendarmerie du Centre de formation spécialisée, ayant lancé des bombes lacrymogènes pour disperser la foule.

Retourner l'arme contre Rajoelina

Ainsi, après quelques mois de sa sortie de prison, le Colonel Coutiti, proche de l'ancien Président Didier Ratsiraka et deux fois mis en détention, a retourné son arme contre celui qui a mené le mouvement populaire de l'année dernière et a tout fait pour le faire sortir du monde carcéral.
Et le Lieutenant - Colonel Charles Andrianasoavina a finalement tourné le dos au Président de la Haute autorité de la Transition, tout en disant que « c'était moi qui l'ai conduit au pouvoir et c'est moi - même qui vais l'en défaire ».
Quant au Général Jean Heriniaina Raoelina, ex - Commandant dela Garde présidentielle de Marc Ravalomanana, cela faisait plusieurs mois qu'il était recherché, depuis l'épisode du coup d'Etat d'Ambohijanaka. Mais sa tanière restait un secret jusqu'à hier où il a refait surface, en pleine forme, aux côtés de ses pairs et sans peur, contrairement aux bruits qui courent selon lesquels il est devenu hémiplégique.
Alors que pour le Général Noël Rakotonandrasana, après son départ d'Ampahibe, il a d'abord côtoyé  le « Raiamandreny mijoro » tout en revêtant le titre de « rassembleur » et le vernis craque finalement. Il a décidé de rejoindre le camp des mutins et le Président Rajoelina n'a pas manqué de signaler qu'« on n'a pas besoin de commettre de stupidités quand on ne fait plus partie de l'équipe dirigeante ». Quoi qu'il en soit, vers la fin de la soirée d'hier, il semble que la situation ait été maîtrisée et l'initiative de ces 4 Officiers n'a pas porté atteinte à l'unité de l'Armée.

 Corinne R.



18/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres