INFO PREMIER

Ratsiraka et Ravalomanana: Même combat ?

Comme Didier Ratsiraka, voilà que Marc Ravalomanana envoie lui aussi son fils en éclaireur à Madagascar. En effet, après Xavier Ratsiraka, qui a préparé le terrain en vue de la venue de son père, Tojo Ravavolamanana va faire de même. Est-ce à dire que l'ancien Président s'apprête également à emprunter la voie initiée par l'amiral Ratsiraka ?



Tout laisse, en effet, à penser que M. Ravaloamanana va incessamment quitter son exil sud-africain pour rejoindre l'île, à l'issue seulement de trois ans d'absence. Pourtant Didier Ratsiraka et sa famille ne sont autorisés à rentrer dans leur pays qu'à l'issue de… neuf années d'exil. Il y a sûrement quelque part une injustice. Que chacun en tire les conclusions.
Dans tous les cas, ce week-end, des forces politiques proches de la HAT ainsi que des éléments durs du régime en place (militaires et gros bras) auraient élaboré une stratégie visant à empêcher, sinon perturber l'arrivée prochaine de Marc Ravalomanana. D'après des indiscrétions, la capitale sera à feu et à sang, au cas où les autorités aéroportuaires malgaches permettraient à celui-ci de franchir tranquillement nos frontières.

Par contre, les partisans et autres sympathisants de M. Ravalomanana préparent, depuis quelques jours déjà, ce retour. Une réunion, dite informelle, a eu lieu hier vers 17 heures dans la banlieue Nord-Est d'Antananarivo, afin de ne pas attirer les regards et oreilles indiscrets. Seules quelques personnalités, très proches de l'ex-chef d'Etat, ont été sollicitées à participer à cette rencontre. D'ailleurs aucun ministre de la mouvance Ravalomanana, récemment nommé au sein gouvernement Beriziky, n'y a été invité.
D'après notre informateur, hier soir : "Certains d'entre eux sont connus comme étant des "lohan'angidina " (têtes de libellules), donc pas sûrs de garder un secret ou sont incapables de concocter un projet sérieux…" (sic). " Néanmoins, l'on a vu la présence de deux ou trois officiers de l'armée dont un est à la retraite, et un bailleur de fonds spécialisé dans les basses besognes ", devait préciser notre interlocuteur, tout en ironisant que Marc Ravalomanana ne s'adonnera pas à un quelconque exercice sportif, à Ivato. Une allusion aux pompes de l'amiral…

Apparemment cependant, le comité d'accueil de Ravalomanana est plus organisé - car disposant des moyens financiers conséquents - par rapport à celui de l'amiral Ratsiraka qui a, cette fois, brillé par son déficit médiatique. Sur ce plan, le fondateur du TIM et de Tiko devrait avoir une longueur d'avance sur son ancien rival…

Bon nombre d'observateurs redoutent des affrontements sanglants au moment où Ravalomanana rentrera dans l'île. Toutes les mesures, apprend-on, sont désormais prises pour étudier la façon d'éviter tout débordement dans l'enceinte de l'aéroport ainsi que de neutraliser les casseurs au centre-ville…

Par ailleurs, hier soir, la famille Ratsiraka a, paraît-il, été invitée à dîner chez le couple Zafy à la villa "La Franchise " (Ivandry). On ne sait la teneur des discussions. Toutefois, l'on devine aisément que les deux " intimes ennemis " devaient faire table rase du passé. Pour le besoin de la cause.
Mais peut-on ainsi effacer d'un coup de fourchette toutes les vacheries qu'ils se sont lancées dans les années 90 ? Entre la poire et fromage : le cas d'Andry Rajoelina, un homme qui a permis de faire des geôles de nombreux prisonniers politiques, a certainement été évoqué. "Que faire de ce jeune homme ", a sûrement dit l'amiral.
Et surtout le rôle qu'entend jouer dans les prochains jours Marc Ravalomanana, étant donné que celui-ci a provoqué l'exil de l'amiral dans des conditions douloureuses, et a ensuite persécuté les proches de Zafy Albert...
Aujourd'hui, tous ces " anciens combattants " veulent se donner la main, et dans la foulée se refaire une virginité politique.
C'est trop facile. Les Malgaches, qui ont enduré la famine, le chômage, la précarité, l'insécurité, etc., ne l'accepteront pas. Maintenant qu'on annonce que M. Ravalomanana veut revenir, au plus tard dans dix jours, tout semble alors indiquer que les fêtes de fin d'année seront chaudes, voire menacées…

Franck RAHARISON


28/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres