INFO PREMIER

Stations services de toute l’île Fermées mercredi prochain

Le Groupement professionnel des gérants libres de stations services (GPGLSS) lance une grève d’avertissement ; toutes les stations services de toute l’île fermeront ce matin du mercredi 13 avril prochain. C’est la décision prise par l’assemblée des membres du GPGLSS cette fin d’après-midi du 11 avril 2011.


Les gérants de stations services ont averti les sociétés pétrolières et l’État qu’ils ne peuvent pas supporter des pertes dans l’exercice de leur métier car leur marge est déjà infime ; tout comme les pétroliers ne peuvent pas vendre à perte leurs produits. D’après Martin Rakotozafy, président du GPGLSS, jusqu’à présent leurs appels n’ont reçu aucun écho ; aussi, a-t-on compris de ses explications, ils vont exercer une plus forte pression pour que les responsables soient plus clairs dans leur démarche et qu’ils rendent rapidement publics les décisions sur la question des prix des produits pétroliers à la pompe. « Jeudi dernier, nous savons qu’un comité interministériel composé de 7 ministères, a été mis en place et a déjà pris des décisions avec la Primature mais jusqu’ici, rien de neuf » regrette Martin Rakotozafy. Aussi, le GPGLSS exige que l’État et les pétroliers regroupés dans le GPM, se mettent d’accord et publient leur décision en matière de prix à la pompe. Le GPGLSS exige que ce prix des produits pétroliers à la pompe soit publié au plus tard le vendredi 15 avril 2011.

Selon certaines sources, l’État aurait proposé une augmentation de 50 Ar le litre de l’essence alors qu’il faudrait 10 fois plus pour que les pétroliers rentrent dans leurs frais et que de leur côté, les gérants de stations puissent continuer à travailler.

La situation est explosive et Mamy Ratovomala, ministre des Hydrocarbures a dû intervenir sur les plateaux de la TVM dans les informations du soir pour apaiser en expliquant que c’est le contexte mondial qui est à la source de la hausse du prix du baril de pétrole. Comme Madagascar est dépendant de ce marché fluctuant, le pays ne peut échapper à la hausse. Mais, a-t-il insisté, l’État doit tenir compte d’abord des intérêts de la population malgache sans pour autant étrangler les opérateurs qui évoluent dans le secteur, à savoir, les gérants et les compagnies importatrices ; cependant le secteur alimente aussi les caisses de l’État. Une réunion des entités concernées de l’État avec les compagnies pétrolières se tiendra ce jour.

A.A



12/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres