INFO PREMIER

Tantely Andrianarivo: Un nouveau look

L'homme ne semble pas avoir pris une ride, seuls ses cheveux poivre et  blanc trahissent son âge, certes pas avancé, mais suffisamment pour dévoiler sa volonté de se relancer dans la vie politique.
Il ne ressemble plus à l'image qu'on se faisait de lui : froid, distant, voire inaccessible...
  Hier, lors d'un déjeuner de presse dans un grand restaurant de la capitale, il a visiblement changé : un discours plus fluide, plus fonceur, et une décontraction qui surprend, puisque, par le passé, ce ne fut pas le cas.

Tantely Andrianarivo, ancien Premier ministre, car il s'agit de lui, s'est montré hier sous un autre visage. Cette rencontre très conviviale avec des responsables de rédaction s'est tenue sans thème précis. Entre le poulet farci aux olives et le café, les convives et l'ex-locataire de Mahazoarivo, un authentique natif d'Ambositra, ont pu dialoguer librement.

Sans qu'on le demande, cet ancien centralien (Paris), devait, inévitablement, aborder le retour de Didier Ratsiraka. « L'arrivée de l'amiral se fera dans les normes. La présidence de la HAT sera la première à en être informée, pour des raisons protocolaires et aussi par courtoisie. Nous sommes, dès le début de la crise, pour la concorde. Le parti Arema – le vrai – est toujours en faveur de l'unité nationale. A propos du retour de M. Ratsiraka, vous serez informés très bientôt, mais nous préférons donner la primeur au président Andry Rajoelina ».

Evoquant la récente tentative de coup d'Etat, Tantely Andrianarivo, entouré de ses proches conseillers, notamment, Christian Rasoarahona, Houssein Adallah et Rinah Rakotomanga, a voulu écarter, de manière ferme, une quelconque implication de la mouvance Ratsiraka. « Contrairement à Marc Ravalomanana, Zafy Albert et Monja Roindefo, l'amiral n'a jamais fait appel à l'Armée pour prendre le pouvoir. Didier Ratsiraka a toujours dit qu'il est contre les putschs, privilégiant, à chaque fois, la voix des urnes, le choix populaire… »

D'autre part, Tantely Andrianarivo, suite à une question d'un confrère, doute de la capacité du régime transitoire de respecter le calendrier électoral. En effet, dans le budget 2011, il n'est prévu de financer que deux élections (législatives et présidentielle), alors que les communales sont reportées pour l'an prochain. Pire, ceux qui ont confectionné ce budget ont oublié d'y inclure un éventuel second tour lors de l'élection présidentielle.

En clair, en 2011, il y aura quatre scrutins…
Peu porté sur la politique bassement politicienne, Tantely Andrianarivo adopte aujourd'hui un profil consensuel, excluant toute haine et esprit revanchard. En tout cas, on doit compter sur lui et l'Arema concernant la stratégie de sortie de crise, et surtout quant à la suite des événements…
 
Franck RAHARISON


25/11/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres