INFO PREMIER

Transport aérien Un deuxième aéroport à Antsiranana

Reconversion d'un ancien aéroport militaire français en aéroport international. Le rallongement de la piste d'Ivato est également à l'étude.


Des vols internationaux à Antsiranana. Tel est l'objectif de l'État, à travers le ministère du Transport, en envisageant d'ouvrir un deuxième aéroport dans la capitale de la région Diana. Il s'agit de l'aéroport d'Andrakaka, un ancien aéroport militaire français qui est aujourd'hui fermé. L'emplacement actuel de celui d'Arrachart ne répond pas aux normes de sécurité requises à cause, entre autres, de l'existence de la Montagne des Français qui gêne le décollage.

« Aucun avion étranger aujourd'hui ne pourrait atterrir à Arrachart alors que cette partie du pays est une des plus riches de Madagascar. C'est un des projet les plus importants au sein de mon département », a déclaré Rolland Ranjatoelina,ministre du transport, samedi, en marge de la célébration du 20e anniversaire de la société Aéroport de Madagascar (Adema).

Dans son état actuel, l'aéroport d'Andrakaka dispose encore d'une excellente piste d'atterrissage, entièrement en béton de 2600 mètres et une largeur de 44 mètres. L'aérogare, ainsi que les differents bâtiments annexes, sont toujours présents mais nécessitent encore une importante rénovation.

Aérogare

La route qui mène vers Andrakaka constitue le plus grand problème car elle se trouve dans un état de délabrement total. Selon le ministre Rolland Ranjatoelina, l'Espagne est aujourd'hui prête à apporter le financement nécessaire pour les travaux, à cause de la présence de pêcheurs espagnols qui opèrent à Madagascar. « Un vol direct entre Madrid et Antsiranana ferait gagner beaucoup de temps à ces opérateurs », argumente -t-il.

L'aéroport international d'Ivato ne sera également pas en reste. D'ailleurs, la célébration de samedi a été l'occasion d'annoncer divers projets pour améliorer cette infrastructure. L'Adema vient de lancer la construction d'un nouveau siège social à Ivato.

Le grand bâtiment de 1550 m2 abritera toutes les directions de la société qui y seront transferées. « Une sorte d'aérogare y sera également aménagée pour les passagers d'avions légers », explique le général Herison Andriamihafy, directeur général de l'Adema.
Un projet de prolongement de 500 mètres de la piste d'atterrissage est également en gestation. La pré-étude est déjà lancée mais le début des travaux attend le financement des japonais.

Mahefa Rakotomalala


06/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres