INFO PREMIER

Tristane Banon porte plainte contre DSK pour tentative de viol

Dominique Strauss-Kahn a retrouvé le sourire : la justice américaine l'a libéré vendredi sans caution avec restitution de l'argent versé en garantie, en raison de doutes sur la crédibilité de la femme de chambre, Nafissatou Diallo, qui l'accuse de tentative de viol. L'affaire pourrait donc rapidement se dégonfler, même si, rappelons-le, aucune des accusations retenues contre l'ancien favori des sondages pour la présidentielle de 2012 n'est pour l'heure abandonnée.


Le sourire retrouvé de DSK pourrait pourtant n'être que de courte durée : en effet, en France, Tristane Banon va porter plainte contre lui, mardi 5 juillet, pour tentative de viol. C'est son avocat David Koubbi qui vient de faire cette annonce fracassante à L'Express. La jeune romancière n'avait pas voulu participer au procès de DSK à New York, mais se réservait la possibilité de porter plainte, de manière indépendante, en France.

Au début de "l'affaire DSK", cette prise de position avait surpris et semblait signifier qu'aucune plainte ne serait jamais portée, puisque les faits que Tristane Banon reproche à l'ancien directeur général du FMI risquaient fort d'être prescrits avant la fin du procès américain. La jeune femme affirme, en effet, avoir été victime d'une tentative de viol (et non d'une simpe agression sexuelle) en février 2003, et le délai de prescription pour ce type de crime est de dix ans. Mais le possibile écourtement du procès new-yorkais pourrait bien précipiter le procès français...

L'avocat de Tristane Banon précise néanmoins, dans son entretien à L'Express, que la décision de sa cliente à porter plainte est totalement indépendante des derniers rebondissements dans le dossier new-yorkais :

==================

Je n'ai pas agi en fonction du contexte. Avec ma cliente, nous avions pris notre décision avant ce rebondissement du 1er juillet, à savoir dès la mi-juin. J'ai pris le temps nécessaire parce je ne voulais pas être instrumentalisé par la justice américaine. Je ne souhaitais pas, si le dossier contre M. Strauss-Kahn n'était pas suffisamment charpenté aux Etats-Unis, que la parole de ma cliente soit liée à celle de Nafissatou Diallo - dont je rappelle que si elle a menti sur certains aspects, cela ne veut pas dire qu'elle n'a pas été violée.

Le timing médiatique n'est pas notre timing judiciaire. Si j'avais estimé que mon dossier n'était pas suffisamment charpenté, je n'aurais pas déclaré, au deuxième jour de l'affaire DSK : "Elle envisage de porter plainte". J'aurais dit : "Elle ne veut pas être mêlée à tout ça".

Maître Koubbi ne craint pas que les mensonges de Nafissatou Diallo ne rejaillissent sur le cas de sa cliente ; il prévient, au contraire, que son dossier "est extrêmement solide et étayé".



04/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres